L’information de santé dans les médias sociaux. Quel impact et quelle fiabilité pour les patients ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°4 - 15 septembre 2022 (page 36-40)
Information dentaire
Vous pensiez encore être, le praticien et vous, les premières sources vers qui les patients se tournent en cas de questionnements sur leur santé bucco-dentaire ? Détrompez-vous, internet et les médias sociaux constituent un recours d’informations bien plus important que les professionnels de santé… [1].

Selon une étude, 70 % des adultes recherchent des informations de santé sur internet et pensent que les médias sociaux sont une bonne source d’informations de santé [2] ; de quoi faire réfléchir !

Les médias sociaux ont donc plus de poids que les professionnels de santé auprès des patients mais, même si ce poids est quantitativement important, qu’en est-il de la qualité et de la fiabilité des informations qu’ils y trouvent ?

Les patients croient les résultats de leurs recherches et ce que les algorithmes leur proposent, ils pensent être bien informés… malheureusement, la réalité est souvent toute autre.

Les réseaux, leurs bienfaits en termes de santé publique

Avant de tirer les sonnettes d’alarme, même s’il y a de quoi, il est tout de même important de rappeler tous les services que rendent les médias sociaux à la population générale en matière de santé.

Une source d’information inépuisable pour les patients

Rappelons qu’il y a plus de dix ans que les créateurs de contenus et les influenceurs sont nés grâce à l’émergence de diverses plateformes sociales. YouTube, Facebook, puis bien d’autres, sont entrés dans nos quotidiens, nous permettant de trouver du contenu divertissant et de plus en plus à notre goût. Pendant une majeure partie de ces années, la santé a été une grande absente de ces plateformes pour diverses raisons dont l’une est indéniable : les médias sociaux étaient jusque-là des plateformes de divertissement et non d’information.

Pourtant, cette notion a récemment changé : le pouvoir informatif des réseaux sociaux est grandissant pour la population générale, mais encore plus chez les jeunes, avec 75 % des moins de 25 ans qui s’informent essentiellement par internet et ces plateformes sociales [3, 4].

Dans la santé, nous connaissions déjà depuis longtemps le fameux « j’ai lu sur internet » de la part des patients… mais il y a fort à parier que…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Actualité Exercice professionnel

Convention dentaire. Le point sur ce qui change le 25 février…

Les deux syndicats signataires de la nouvelle convention dentaire (FSDL et Les CDF), mais aussi l’assurance maladie (https://t.ly/HHqYT), font le point sur leur...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés “Financer les équipements du cabinet dentaire : quel moyen ?”

L’investissement, une démarche permanente Lorsqu’on évoque une planification des investissements, cela concerne de nombreux équipements ; on ne se limite...
Exercice professionnel

Europe : accord politique sur la fin d’utilisation des amalgames dentaire en 2025

Le Conseil européen a trouvé, le 8 février, un « accord politique provisoire » avec le Parlement européen sur la proposition de...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Les nanomatériaux au cabinet. Les repérer pour promouvoir la santé

Le nanomonde et comment nous y sommes exposés Dans le monde des nanoparticules (NP), certaines sont d’origine naturelle, émanant notamment des volcans...
Exercice professionnel

Fraudes des professionnels de santé : l’arsenal des sanctions s’étoffe

Un déconventionnement « d’office » de l’assurance maladie pour une durée maximale de 5 ans pourra être prononcé contre tout professionnel ou...
Exercice professionnel

MEOPA : réévaluation de la formation

Le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes annonce, dans le dernier numéro de « La Lettre » (décembre), qu’il procédera au printemps 2024...