L’Inserm ne peut conclure à l’intérêt de l’hypnose pour les soins dentaires faute de données suffisantes

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

L’hypnose est-elle utile dans le domaine médical ? Dans un rapport remis à la Direction Générale de la Santé (DGS), les chercheurs de l’Inserm ont évalué l’efficacité de cette pratique de médecine complémentaire dans certaines de ses indications : santé des femmes, troubles digestifs, chirurgie, psychiatrie… et dentaire. Après avoir analysé les résultats de 52 essais cliniques, ils concluent que l’hypnose a un intérêt thérapeutique dans le syndrome du côlon irritable (douleurs au ventre, ballonnement, diarrhées ou constipations) et dans la réduction de la consommation d’antalgiques et de sédatifs pendant des examens de chirurgie ou de radiologie : extraction de dents de sagesse, biopsies mammaires, interruptions de grossesse, etc. Pour le reste, « les études analysées ne permettent pas de conclure à un intérêt de l’hypnose », notamment dans la prise en charge de la douleur pendant l’accouchement, la schizophrénie, le sevrage tabagique ou… les soins dentaires chez l’adulte et l’enfant. Pour ces derniers, ils ont passé en revue 3 études portant sur l’utilisation de l’hypnose dans les soins dentaires en pédiatrie (Al-Harasi, Ashley et al.), dans la prise en charge de l’hypersensibilité dentinaire (Eitner, Bittner et al.) et dans celle de l’anxiété occasionnée par les soins dentaires (Moore, Brodsgaard et al.).
Les chercheurs de l’Inserm reconnaissent que « les données actuelles sont insuffisantes » et que les études disponibles sont perfectibles : hétérogénéité des données, randomisation non adéquate, description du protocole insuffisante, déroulé de l’étude non précisé, etc. « Si cette analyse démontre le réel intérêt du monde médical pour l’hypnose et les techniques dérivées, elle souligne surtout la nécessité de repenser les standards méthodologiques classiques, soulignent-ils. Elle fait également ressortir le besoin d’un questionnement sur le choix des groupes contrôle et des critères de jugements, et au-delà, du design même des études. » L’innocuité de cette thérapie est en revanche confirmée, même si les risques de manipulation psychologique et de création de faux souvenirs ne peuvent être exclus.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Faible dialogue social dans les TPE

En 2022, 81 % des très petites entreprises (TPE) employant 2 à 9 salariés (tous secteurs) déclarent avoir pris des...
Vie du cabinet

Salariés des cabinets dentaires : une prime d’ancienneté plus précoce et plus progressive

« Pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés, continuer à valoriser leur fidélité à l’entreprise, et simplifier l’application de la prime...
Vie du cabinet

Les TPE fans de la PPV

En 2023, les entreprises ont versé 5,32 milliards d’euros via la Prime partage de la valeur (PPV, dite « prime Macron »), indiquent...
Vie du cabinet

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais forte source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...
Vie du cabinet

Des outils pour évaluer les risques professionnels dans les cabinets dentaires

Aménager les postes de travail, limiter la transmission des agents infectieux, prévenir les risques de chute, limiter les risques d’exposition...
Vie du cabinet

L’amortisseur électricité reconduit pour les TPE

Pour limiter les conséquences de l’augmentation des prix sur leur facture d’électricité pour l’ensemble de l’année 2024 (du 1er janvier...