La HAS prescrit le déremboursement de l’homéopathie

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 3 juillet 2019
Information dentaire

Considérant que les médicaments homéopathiques « n’ont pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante », la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) demande, le 28 juin, le déremboursement de 1 163 types médicaments homéopathiques aujourd’hui pris en charge par l’assurance maladie à hauteur de 30 %. L’instance fonde son jugement sur trois différentes sources de données et d’informations : la littérature scientifique nationale et internationale, les données déposées par les laboratoires (Boiron, Lehning et Weleda) et les éléments apportés par d’autres parties prenantes : professionnels de santé, syndicats, patients…

Elle a retenu 37 études « suffisamment pertinentes » pour être prises en compte. Soit 21 revues systématiques de la littérature et méta-analyses, 10 essais contrôlés randomisés et 6 études d’impact de santé publique recouvrant 24 affections ou symptômes : douleurs post-chirurgicales, prévention de l’inflammation, verrues plantaires, saturnisme, candidoses vaginales ou encore syndrome de fatigue chronique.

A aucun moment la HAS n’a pu trouver de preuve de l’efficacité de l’homéopathie sur l’un ou l’autre de ces 24 symptômes ou affections : faible niveau de preuve, biais méthodologiques importants, efficacité observée comparable à celle d’un placebo, populations étudiées très différentes de la population française, échantillons de population insuffisants, pathologies ne nécessitant pas de recours à un quelconque médicament, homéopathique ou non, etc. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déjà prévenu qu’elle suivrait l’avis de la HAS, donnant sa décision dans « quelques jours ou quelques semaines ». En 2018, l’assurance maladie a remboursé 126,8 millions d’euros pour les médicaments homéopathiques, avec environ un Français sur dix qui les utilise.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

CMU-C + ACS = la « Complémentaire santé solidaire »

Instaurée par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019, la fusion de la CMU-C avec l’Aide à...
Politique de santé

Avulsion des 3e molaire : Les CDF pour l’égalité chirurgiens-dentistes stomatologistes

Les CDF réclament l’égalité de traitement avec les médecins stomatologistes dans l’avulsion des troisièmes molaires. Dans un communiqué du 2 octobre, le syndicat...
Politique de santé Santé publique

Violences conjugales : repérer et agir

Dans le cadre du « Grenelle contre les violences conjugales » ouvert par le gouvernement début septembre, la Haute autorité de santé (HAS) a publié...
Politique de santé

#MoisSansTabac, l’Ordre mobilise

Pour le #MoisSansTabac qui débutera le 1er novembre, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes appelle, dans un communiqué du 4 octobre, l’ensemble...
Politique de santé

Paracétamol et AINS repassent derrière le comptoir

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) souhaite que, dès janvier 2020, le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ne soient plus...
Politique de santé

Avulsion des 3es molaires : recommandations de la HAS

Parce que « décider de la pertinence de l’avulsion des 3es molaires n’est pas toujours évident, tout comme adopter les modalités...