Le mal-être des étudiants en odontologie

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Quand on demande aux étudiants quel est, selon eux, le mot qui qualifie le mieux leur état d’esprit, c’est le stress qui arrive en première position (38 %), montre une étude de l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) publiée le 19 octobre. Mais la satisfaction (19,5 %), et même l’enthousiasme (18,3 %), sont aussi au rendez-vous comme, malheureusement, la démotivation (11,7 %) et le désespoir (3 %).
« Près de 3 étudiants sur 4 montrent une anxiété présente de plusieurs jours à presque tous les jours durant les deux semaines précédant leur réponse au questionnaire », souligne l’UNECD qui a interrogé en ligne 3 146 étudiants du 20 mai au 4 juin derniers. Sur une échelle de 0 à 10, ils estiment en moyenne leur bien-être à 5,72 à la faculté.
Ce qui impacte le plus le moral des étudiants à la faculté, c’est d’abord la crainte du redoublement, le nombre d’examens en fin de semestre et les relations enseignants/étudiants souvent dégradées. Au centre de soins, pour les stages cliniques, la note du bien-être baisse à 4,97. En cause, les quotas cliniques, c’est-à-dire le nombre d’actes à réaliser pour pouvoir valider son année. « Ces quotas entraînent un grand stress chez les étudiants, car cela provoque une vraie pression de rendement, ne favorise pas l’apprentissage, et crée une sensation de devoir négliger la relation patient/praticien », relève l’UNECD. Le ratio enseignants/étudiants et la disponibilité du matériel sont aussi des facteurs importants d’inquiétude.

Enfin, la qualité des relations avec les enseignants a été en moyenne évaluée à 5,38 sur 10 à la faculté et à 5,54 au centre de soins. 70 % des étudiants disent avoir été victimes ou témoins de dévalorisation ou de situation d’infériorisation au centre de soins et 843 étudiants ont été victimes ou témoins de sexisme à la faculté. « Il existe un réel problème, bien trop nié, de comportement de certains enseignants, s’alarme l’association. Globalement, cette enquête révèle un mal-être très présent parmi les étudiants en odontologie, il devient donc urgent de mettre en place des solutions efficaces. » L’UNECD formule plusieurs propositions : mise en place d’une écoute des étudiants (réunions, formations au dépistage des signes de souffrance mentale, lieux d’écoute…), formation annuelle obligatoire à la pédagogie pour les enseignants, lutte contre les discriminations ou encore mise en place de cours sur la gestion du stress.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Formation

L’ADF lance un site de formation en ligne

Antibiorésistance, parodontie, traumatologie dentaire, dentisterie adhésive, dermatologie buccale… « adfdpc.fr » propose des actions de formation continue et des programmes intégrés « en ligne » pour...
Formation

Réforme du 3e cycle : l’Académie dentaire favorable à la création de trois nouveaux internats qualifiants

Fin juillet, l’Académie nationale de chirurgie dentaire (ANCD) a pris position dans le cadre de la réforme du 3e cycle...
Formation

Le fantôme de Pessoa rôde encore

« Il n’y avait pas de matériel pédagogique, de bureaux, de chaises…, les salles étaient vides. (…) On posait des...
Formation

Santé bucco-dentaire et développement durable

« Santé bucco-dentaire : comment penser développement durable ? » Avec cette thématique, le 24e Colloque national de santé publique de l’UFSBD, qui se...
Formation

Article réservé à nos abonnés Les Journées de l’Orthodontie : un événement incontournable !

Du 10 au 12 novembre 2023 se tiendra le 25e congrès des Journées de l’Orthodontie. Sous l’éclairage du thème proposé par la Présidente...
Formation

ADF 2023 : inscriptions ouvertes

Depuis le 1er  juin, les inscriptions au prochain congrès de l’ADF sont ouvertes (28 novembre – 2 décembre à Paris,...