Le marché des médicaments en cinq points clés

  • Publié le .
Information dentaire

Le « Memento du médicament » publié le 21  octobre par La Mutualité fournit les principales données de ce marché en 2012.


• Chute des ventes

2,9  milliards de boîtes de médicaments ont été vendues en France en 2012 en pharmacie de ville, soit un marché de 29,6  milliards d’euros. Les ventes ont chuté en volume, mais également en valeur (- 1,7 %) en 2012. Une involution liée à la commercialisation de nouveaux génériques, à des baisses de prix, des déremboursements et des objectifs de prescriptions.

• Le générique se reprend

Après une stagnation en 2011, le marché des génériques a été marqué par une reprise dynamique de ses ventes en valeur (+ 13 %). Ce marché pèse 5,2  milliards d’euros, soit 19 % de l’ensemble du marché du médicament de ville, soit 700 millions de boîtes de génériques vendues (+ 9,6 %). Deux milliards d’euros ont été ainsi économisés.

• L’automédication reste marginale

Avec 2,1  milliards d’euros, le marché de l’automédication reste faible, malgré une progression en valeur (+ 5,3 %) et en volume (+ 2,2 %). En 2012, 440 millions de boîtes de médicaments ont été achetées sans ordonnance. Parmi les plus courus : les antalgiques (123  millions de boîtes), les anti-infectieux/décongestionnants du pharynx (26  millions), les médicaments du rhume (23  millions) et des médicaments de stomatologie (18  millions).

• Prescription en DCI* au point mort

Fin 2012, le taux national de prescriptions en DCI (en nom de molécule) en médecine de ville était de 12,3 % avec une progression annuelle de 0,4 point. Les médecins généralistes prescrivent davantage en DCI (13,5 %) que les médecins spécialistes (6,9 %). Une proposition de loi vient d’être déposée à l’Assemblée pour contraindre les médecins à prescrire sous cette forme.

* Dénomination commune internationale.


• Le poids de l’hôpital

Les prescriptions d’origine hospitalière ont représenté 22,3 % des dépenses de médicaments en ville. En valeur, elles ont progressé en moyenne de 5,3 % depuis 2010, alors que les prescriptions réalisées en ville ont chuté en moyenne de 3,2 %.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Grippe : la campagne de vaccination prolongée

Alors que selon Santé publique France, le taux de consultation pour syndrome grippal est en nette augmentation (66 %) depuis fin décembre,...
Santé publique

Janvier sobre : et pourquoi pas en 2022 ?

Le #DryJanuaryFR est de retour. Le Défi de Janvier, c’est ultra-simple : ne pas boire une goutte d’alcool à partir de...
Santé publique

Antibiotiques : baisse de consommation « inédite » en 2020

àl’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs publics (gouvernement, ministère de la Santé, Santé...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Vive la vaccination !

Après avoir eu 66 millions d’épidémiologistes l’année dernière, la France compte 66 millions de vaccinologues, capables de donner des avis autorisés sur...
Santé publique

Alcool : testez-vous avec l’alcoomètre

En plus d’une campagne de communication jusqu’au 28 novembre, l’Assurance maladie lance « l’alcoomètre », un site internet qui permet de renseigner sa consommation d’alcool,...
Santé publique

Protoxyde d’azote : les intoxications en forte hausse

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte sur « très nette augmentation des cas d’intoxication » au protoxyde d’azote en 2020. Et...