Le MEOPA, nouvel anti-dépresseur ?

  • Publié le .
Information dentaire

« Le protoxyde d’azote pourrait transformer la façon de traiter la dépression, notamment pour certains patients résistants aux antidépresseurs usuels », indique l’Inserm le 12 mars.

Si déjà plusieurs études internationales ont montré l’intérêt du « gaz hilarant » dans le traitement de la dépression, le psychiatre Thomas Desmidt du CHU de Tours et ses collègues de l’unité Inserm « iBrain » ont été un plus loin en identifiant les mécanismes cérébraux associés aux effets antidépresseurs du N2O grâce à des techniques d’imagerie médicale.

Ils ont réuni trente femmes de 25 à 50 ans : vingt avec une dépression résistante et dix volontaires saines. Toutes ont été exposées pendant une heure, sous contrôle médical, à un mélange gazeux contenant autant d’O2 que de N2O soit un « mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde d’azote » : le Meopa.

Résultat : une nette réduction des symptômes chez 45 % des patientes dépressives sévères avec parfois des effets positifs sur plusieurs mois. « Plusieurs de nos patientes se sont transformées et sont aujourd’hui en rémission », se réjouit le psychiatre dans les colonnes du dernier magazine de l’Inserm.

Les données montrent « une très forte diminution de la connectivité cérébrale du cortex cingulaire antérieur avec le précunéus, selon les chercheurs. Or, ces aires cérébrales, situées respectivement à l’avant et à l’arrière du cerveau, sont connues pour s’activer de façon synchrone chez les patients dépressifs. La séance de Meopa permet « d’éteindre » ce réseau cérébral dont l’hyperactivité est synonyme de souffrance dépressive et de ruminations ».

« Il reste toutefois à valider ces résultats sur un plus grand nombre de patients », tempère le médecin.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...
Santé publique

L’EFP cible la « gen Z »

La « Journée européenne de la santé gingivale », organisée le 12 mai dernier par la Fédération européenne de parodontologie (EFP), a particulièrement ciblé la...
Santé publique

Éduquer à la prévention en santé

Dans un rapport publié fin mars, l’Académie nationale de médecine, face « aux valeurs médiocres de certains indicateurs comme l’espérance de...
Santé publique

Alcool, cigarette électronique, cannabis : les ados en danger selon l’OMS/Europe

L’alcool est la substance psychoactive la plus couramment consommée par les adolescents (10-20 ans), tandis que les cigarettes électroniques sont...