Le « Mois sans tabac » débute le 1er novembre : prescrivez !

  • Publié le .
Information dentaire

Le « Mois sans tabac » piloté par Santé publique France, est un défi collectif qui propose à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois. Pourquoi un mois ? Parce qu’après un mois, les chances d’arrêter définitivement sont multipliées par 5.

Les chirurgiens-dentistes peuvent relayer cette opération en conseillant à leurs patients de cesser de fumer. « En parodontologie, le tabac constitue un facteur de risque majeur, et diriger le patient vers un programme de sevrage tabagique est une démarche courante », témoignait récemment Michelle Reners, paro exclusive dans un éditorial de l’Information Dentaire (https://bit.ly/3vJo0fl).

Notre consoeur recommandait l’utilisation du test de Fagerström pour évaluer la dépendance de son patient et engager le dialogue. Test très utile car simple à réaliser au cabinet. Il ne comporte que deux questions : « Combien de cigarettes fumez-vous par jour ? » et « Dans quel délai après le réveil fumez-vous votre première cigarette ? ». Ces outils, ainsi que des affiches pour la salle d’attente, des dépliants ou des brochures de sensibilisation pour fournir de l’information aux patients sont disponibles gratuitement sur le site réservé aux professionnels de santé https://pro.tabac-info-service.fr

Les praticiens peuvent également prescrire, depuis 2016, des traitements de substitution nicotinique (TSN) : gommes, patchs, pastilles,… Ils sont remboursés sur prescription à 65 % par l’Assurance Maladie et souvent aussi par les complémentaires santé. Selon les données de l’Assurance maladie, en 2019, près de 5 300 patients ont profité d’une prescription de TSN émanant d’un chirurgien-dentiste (soit 1,5 patient en moyenne par praticien). De nombreuses formations en ligne à la prescription de substitutions nicotiniques sont disponibles sur Internet.

Notez-le : le conseil d’arrêt donné par un professionnel de santé augmente de plus de 50 % les chances que le fumeur parvienne à arrêter et qu’il maintienne son abstinence à long terme, c’est-à-dire plus de 6 mois.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : testez-vous avec l’alcoomètre

En plus d’une campagne de communication jusqu’au 28 novembre, l’Assurance maladie lance « l’alcoomètre », un site internet qui permet de renseigner sa consommation d’alcool,...
Santé publique

Protoxyde d’azote : les intoxications en forte hausse

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte sur « très nette augmentation des cas d’intoxication » au protoxyde d’azote en 2020. Et...
Santé publique

Plus de 3,5 millions de diabétiques en France

En France en 2020, plus de 3,5 millions de personnes sont traitées par médicament pour un diabète, soit 5,3 % de la population, indique...
Santé publique

Le bruit au cabinet dentaire : enquête auprès des assistantes

Dans le cadre d’une thèse universitaire, l’Unité d’investigation clinique d’odontologie du CHU de Nantes et l’UFSBD lancent une enquête auprès des assistant(e)s dentaires...
Santé publique

Antibiotiques : les pouvoirs publics appellent à poursuivre la baisse de consommation « inédite » constatée en 2020

A l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs publics (gouvernement, ministère de la...
Santé publique

Dénutrition : surveiller l’état bucco-dentaire, les capacités de mastication et de déglutition

Maladie silencieuse, la dénutrition concerne tous les âges et peut entraîner une diminution de l’immunité, un affaiblissement physique, une baisse...