Le moral des chirurgiens-dentistes s’améliore légèrement

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Chaque année depuis 2011, CMV Médiforce, filiale de financement de BNP Paribas, passe au crible les doutes et espoirs de 486 représentants de 8 professions libérales de santé (PLS). Surprise en 2015, pour la première fois, l’ensemble des indicateurs stoppe sa baisse continue.
Sur une échelle de 1 à 10, les libéraux de santé donnent en moyenne à la situation générale de la profession qu’ils exercent la note de 4,9. « Pour la première fois en cinq années de mesure, cette note moyenne stoppe sa chute en restant stable sur un an, passant de 4,8 à 4,9 », note l’étude. Les biologistes donnent encore la plus mauvaise note (4,2), tandis que les infirmiers sont toujours les plus positifs (5,6). Les chirurgiens-dentistes voient aussi leur moral remonter cette année, passant de 4,2 à 4,4. Leur vision de la profession « dans les années à venir » passe de 3,1 à 3,3 mais reste la plus mauvaise note du panel. Ce petit mieux se traduit par le fait que 56 % des chirurgiens-dentistes recommanderaient à un jeune d’exercer sa profession contre 46 % un an plus tôt. Ils étaient 71 % en 2011… Mais qu’est-ce qui fait donc si peur aux praticiens ? Comme les autres PLS, les chirurgiens-dentistes sont très fortement préoccupés par « les contraintes administratives ou bureaucratiques » (92 % le sont « beaucoup » contre 75 % en moyenne), devant « les charges ou la fiscalité » (82 %). Plus que toute autre profession, les chirurgiens-dentistes redoutent les cabinets low cost (65 % contre 21 % en moyenne) et le choix du patient d’aller se faire soigner à l’étranger (31 % contre 9 %).

55 % se déconventionneront probablement
Le contexte politique et réglementaire n’arrange rien. Les chirurgiens-dentistes sont les plus négatifs à l’égard du rôle des mutuelles : 97 % (contre 85 % en moyenne) estiment qu’elles vont « peser de plus en plus dans les choix des dépenses de santé des patients et [que] c’est une mauvaise chose ». L’effet Santéclair sans doute… Ce sont également, et de loin, les plus nombreux des PLS (33 %) à citer spontanément le tiers payant généralisé et/ou les mutuelles en réponse à la question ouverte leur demandant les « principales innovations qui vont sans doute avoir une influence négative sur la façon d’exercer dans les années à venir ». En réaction, ils sont parmi les plus nombreux (63 % contre 51 % en moyenne, juste derrière les biologistes et les vétérinaires) à dire que « les médecins qui décident d’exercer en secteur non conventionné ont bien raison, cela leur donne la possibilité d’exercer leur métier dans de meilleures conditions ». 5 % disent qu’ils le feront « très probablement » et 55 % « peut-être un jour ».
Malgré ce contexte, les praticiens voient les évolutions technologiques comme des atouts pour leur métier. Ce sont les plus positifs face à la hausse des possibilités pour les patients de s’informer via Internet : 27 % (contre 18 % en moyenne) disent que « cela facilite le dialogue car ils savent mieux de quoi on parle et ce qu’ils veulent ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...