Le taux d’incidence global du cancer diminue en France

Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

En 2017, en France métropolitaine, on estime à 400 000 le nombre de nouveaux cas de cancers », selon l’Institut national du cancer (Inca) qui présentait « L’essentiel des faits et chiffres » de l’année 2017 le 27 mars dernier. Entre 2005 et 2012, le taux d’incidence du cancer baisse chez les hommes (- 1,3 % par an) et tend à se stabiliser chez les femmes (+ 0,2 %). Les cancers les plus fréquents restent le cancer de la prostate (48 427 nouveaux cas) chez l’homme, devant les cancers du poumon et colorectaux, et le cancer du sein (58 968 nouveaux cas) chez la femme devant les cancers colorectaux et du poumon.
 
En 2017, en France métropolitaine toujours, on estime à 150 000 le nombre de décès par cancer. Toutefois, la baisse du taux de mortalité amorcée depuis 1980 se poursuit quel que soit le sexe (- 1 % par an pour les femmes et –  1,5 % par an pour les hommes). Le cancer du poumon chez l’homme (84 000 cas) et le cancer du sein chez la femme (66 000 cas) demeurent les plus meurtriers. L’Inca demande un renforcement du dépistage du cancer colorectal, « trop insuffisant », alors qu’il s’agit d’un test simple à faire chez soi. Et si ce cancer est détecté tôt, il guérit « dans 9 cas sur 10 ».
 
Autre inquiétude de l’Institut : l’alcool. « Près de 28 000 nouveaux cas de cancers en France sont attribuables à sa consommation, soit 8 % des nouveaux cas de cancers toutes localisations confondues », estime-t-il. La consommation moyenne en France est de 2,6 verres « standards » par jour et par habitant (un verre standard contient 10 g d’alcool pur), la plus forte d’Europe. L’Inca propose de mettre en place une nouvelle valeur repère de consommation, quel que soit le sexe, et de l’exprimer en nombre de verres standard par semaine : soit 10 verres standards par semaine « avec des jours sans consommation pour limiter le risque pour la santé ».

Laisser un commentaire