• Écrit par

Les essentiels de la chirurgie maxillo-faciale

Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Pour la quatrième année consécutive, la société Global D a organisé, le 18 janvier, un congrès consacré à la chirurgie maxillo-faciale. Le format très convivial et d’un haut niveau scientifique a encore eu un grand succès, affichant complet en termes de capacité d’auditeurs.
Dans un premier temps, Benoit Rodriguez, directeur marketing et commercial, a rappelé que la société Global D s’engageait de plus en plus dans le parcours du patient avec la mise à disposition de livrets d’informations et de films permettant une meilleure communication patient-praticien. Cet accompagnement se poursuit jusqu’en phase postopératoire, l’entreprise proposant un système de cryothérapie limitant les suites chirurgicales. Son allocution s’est terminée en évoquant la place de Global D sur le marché de l’implantologie en France (1 implant sur 6) et son partenariat avec la société BIOBank.

Le Docteur Bedhet, président scientifique de la journée, a ensuite pris la parole, soulignant qu’il souhaitait une meilleure reconnaissance de la spécialité de chirurgie maxillo-faciale au sein de la communauté médicale.

La première intervention de la matinée, présentée par le Docteur Laurentjoye, avait pour thème la chirurgie virtuelle, évoquant de façon très précise les différentes possibilités offertes par l’utilisation de l’informatique, du numérique et de l’impression 3D. Ces technologies prennent une importance croissante dans les phases d’étude et de prévisualisation des chirurgies et des résultats attendus. Cette perception de l’implication grandissante du numérique a été renforcée par le deuxième orateur, le Docteur Pastore (Brésil). Il a en effet exposé un grand nombre de cas cliniques avec des résultats impressionnants où, par des analyses très poussées et des simulations des déplacements souhaités, il anticipe les problèmes éventuels pour mieux les éviter lors des chirurgies orthognatiques. Ces dernières modifient de façon importante l’aspect physique des patients et la perception d’eux-mêmes. Le conférencier a notamment insisté sur l’importance de la détermination précise du plan d’occlusion avant l’intervention, ce qui nécessite une collaboration étroite avec l’orthodontiste. Le troisième conférencier était justement un orthodontiste réputé et reconnu, le Docteur Marinetti.
Sa réflexion thérapeutique très construite permet notamment d’optimiser les chirurgies d’avancée mandibulaire par le traitement orthodontique préchirurgical. Il utilise pour cela de façon très précise des minivis et des plans de morsure, pour déplacer les dents et les positionner de façon optimale avant la chirurgie. Encore une très belle illustration de la nécessaire communication entre les orthodontistes et les chirurgiens maxillo-faciaux, permettant des chirurgies « raisonnables ». Le Docteur Grybauskas, praticien lithuanien de très grande compétence, a pour sa part abordé l’utilisation de la planification virtuelle dans le traitement des asymétries faciales. À l’aide d’une iconographie abondante et de qualité, il a insisté sur l’impérative précision de la construction des modèles virtuels et sur l’orientation rigoureuse de la tête du patient selon des plans de référence lors des différents examens initiaux.
L’après-midi a débuté par une très belle conférence du Docteur Leconte sur les greffes gingivales. Son expérience clinique dans ce domaine lui permet de proposer une technique par tunnelisation qui diffère de la technique « classique » par une incision plus apicale et décalée en distale de la zone à greffer. Elle a également partagé son expérience de l’utilisation de différents matériaux pour éviter les prélèvements gingivaux. L’orateur suivant, en provenance de Barcelone, le Professeur Hernandez Alfaro, a ensuite exposé sa philosophie du traitement des problèmes verticaux. Pour lui, la gestion du sens vertical s’intègre dans les critères de décision avec la symétrie, la divergence et la convexité du visage. Puis place au Docteur Odin pour une conférence pleine d’espoir sur les possibilités cliniques de redonner un aspect plus jeune au cou. Il observe que les « liftings » doivent souvent s’accompagner de liposuccion, voire de génioplastie. Le Professeur Ferri a conclu l’après-midi en éclairant de sa grande compétence la technique d’ostéotomie mandibulaire sous-apicale. Son principal avantage est l’absence de découpe de la base mandibulaire. Cela est à évaluer en fonction de la proximité du trajet du nerf alvéolaire inférieur.

Cette très belle journée pleine de sérieux et de compétences s’est poursuivie par une soirée de gala placée sous le signe de l’humour dans un lieu au nom prédisposé : le Comedy Club.

Laisser un commentaire