Les revenus professionnels 2015 progressent de nouveau

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Stagnants en 2012, en baisse en 2013 (- 1,08 %), les revenus professionnels ont retrouvé des couleurs en 2014 (+ 0,59 %) et poursuivent l’embellie en 2015 avec une progression de + 1,12 % en moyenne.

Selon les statistiques de la caisse de retraite (CARCDSF) portant sur 36 291 praticiens (ODF et autres spécialités comprises), le revenu moyen 2015 avant impôts (IRPP) s’élevait à 104 506 € (bénéfice fiscal avant déduction des cotisations assurance groupe et Madelin, Dom-Tom inclus), marquant une légère hausse de 1,12 % par rapport à 2014 (évaluation au 5 octobre 2016). Le revenu médian, plus proche du revenu moyen d’un omnipraticien, se situe à 84 238 €. En fait, près de la moitié des chirurgiens-dentistes (46 %) ne dépassent pas 78 456 € de revenu, soit 2 fois le plafond de la Sécurité sociale pour 2017 (39 228 €). Un gros tiers (36 %) se situent entre 2 et 4 fois le plafond (156 912 €), tandis que 3 644 praticiens (10 %) déclarent plus de 5 fois le plafond annuel : 196 140 €.{{FIG1}}

 
30 % de moins pour les femmes Les 35/54 ans (soit 43 % des praticiens) sont au-dessus de la moyenne 2015 avec un revenu moyen de 121 082 €, en hausse de 2,5 %. Ils se partagent 50 % de l’ensemble des revenus de la profession (presque 3,8 milliards d’euros). Les plus jeunes installés, les moins de 35 ans, disposent logiquement des revenus les moins élevés (65 602 €, + 5,2 %).
 
Les différences de revenu entre hommes et femmes eu égard au volume d’activité persistent. Ainsi, en moyenne, les femmes, qui représentent 41 % de l’effectif (+ 1 %), tirent 83 355 € de leur activité en 2015 (+2,5 %) contre 119 372 € pour les hommes (+ 1,1 %), soit un différentiel de 30 %. L’écart est maximal chez les 35/54 ans, période de pleine activité pour les hommes. Les femmes perçoivent 97 284 € contre 142 132 € pour les hommes (- 32 %). Leur revenu médian s’élève à 68 188 € (59 % sont à moins de 78 456 €) contre 98 321 € pour les hommes.

L’Eure-et-Loir en tête

Dix départements ne franchissent pas la barre des 90 000 € de revenus annuels moyens pour les chirurgiens-dentistes qui y exercent (contre 15 en 2014) dont la Corse (80 348 € contre 80 492 € en 2014), département aux plus faibles revenus, les Hautes-Alpes (82 700 € contre 79 645 €), les Hautes-Pyrénées (84 978 € versus 89 151 €) et les Alpes-Maritimes (85 179 €).
 
À l’inverse, 13 départements dépassent les 130 000 € (contre 11 en 2014 et seulement 5 en 2013 !). Au palmarès : la Somme et l’Eure-et-Loir, seuls département au-dessus de 140 000 € (respectivement 147 314 € et 144 604 €), les Deux-Sèvres (137 271 €) et la Mayenne (136 278 €, + 29 %).
 
Difficile de tirer des conclusions générales. Mais, a priori, plus le nombre de chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants est faible, plus les revenus sont élevés, et inversement. Ainsi, l’Eure-et-Loir compte 43,2 praticiens pour 100 000 habitants (en 2015) et la Somme 32,9, et ce sont pourtant les deux départements où les revenus sont les plus élevés. Les Alpes-Maritimes, qui comptent parmi les revenus par praticien les plus faibles (85 179 €), talonnent Paris pour la densité avec 111,3. Cela dit, ce ratio population/nombre d’adhérents CARCD doit être modulé, notamment par la présence ou non de spécialistes, de grandes villes, ou le profil socio-économiques des habitants.
 

Les ODF et les autres

Les chiffres livrés par la caisse de retraire ne distinguent pas les spécialités. Pourtant, « la dispersion des revenus est très importante chez les chirurgiens-dentistes, cette profession regroupant les spécialistes en orthopédie dento-faciale (ODF) aux revenus très élevés et les autres chirurgiens-dentistes », soulignait la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) dans une étude « Portraits des professionnels de santé » publiée le 12 février dernier 2016. S’appuyant sur les revenus 2011, elle constate que « le rapport entre le revenu moyen des 10 % les mieux rémunérés et celui des 10 % les moins rémunérés s’élève à 13,0 en 2011 contre 10,7 pour les médecins ». Selon la Dress, le revenu moyen des chirurgiens-dentistes omnipraticiens était de 95 390 € cette année-là contre 201 110 € pour les ODF.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Elections professionnelles dans les TPE : mise à jour des listes électorales

Les salariés des cabinets dentaires comme tous ceux des très petites entreprises (TPE) de moins de 11 salariés sont appelés...
Vie du cabinet

Faible dialogue social dans les TPE

En 2022, 81 % des très petites entreprises (TPE) employant 2 à 9 salariés (tous secteurs) déclarent avoir pris des...
Vie du cabinet

Salariés des cabinets dentaires : une prime d’ancienneté plus précoce et plus progressive

« Pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés, continuer à valoriser leur fidélité à l’entreprise, et simplifier l’application de la prime...
Vie du cabinet

Les TPE fans de la PPV

En 2023, les entreprises ont versé 5,32 milliards d’euros via la Prime partage de la valeur (PPV, dite « prime Macron »), indiquent...
Vie du cabinet

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais forte source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...
Vie du cabinet

Des outils pour évaluer les risques professionnels dans les cabinets dentaires

Aménager les postes de travail, limiter la transmission des agents infectieux, prévenir les risques de chute, limiter les risques d’exposition...