Lichen plan buccal et curcuma, quelle efficacité ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°43 - 11 décembre 2019
Information dentaire
Article analysé : White CM, Chamberlin K, Eisenberg E. Curcumin, a turmeric extract, for oral lichen planus: a systematic review. Oral Dis 2019 ; 25 (3) : 720-5.

Qui n’a pas entendu parler des vertus thérapeutiques du « curcuma » ? Il est vrai que la méfiance reste le premier sentiment de bon nombre d’entre nous. Les patients eux-mêmes proposent le recours à ce genre de traitement pour le moins « alternatif ». Quelles sont les données objectives sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour proposer ou exclure cette thérapeutique ?

L’article cité ici réalise une revue sérieuse, systématique, des articles recensés dans Medline, et concernant l’utilisation du curcuma dans le traitement du lichen plan buccal (LPB).
L’engouement, récent en Europe, pour son utilisation dans le cadre de cette pathologie vient certainement de son caractère chronique, des complications possibles de la corticothérapie locale au long cours et, au contraire, de la « non-toxicité » supposée du curcuma.

Les auteurs ont réalisé une revue systématique dans la banque Medline, avec les mots clés suivants : “turmeric” OR “curcumin” OR “curcuma” AND “oral lichen planus”, de 1997 jusqu’à décembre 2018. Ils ont relevé plusieurs paramètres tels que le type d’étude, le nombre de sujets pour chaque étude, la substance à laquelle était comparé le curcuma, le pays d’origine de l’étude.

Sept essais et une étude observationnelle ont été analysés. L’application de curcuma (pâte, gel, huile…) a été comparée à l’application de corticostéroïdes en topiques. D’autres études proposent d’évaluer l’action du curcuma ingéré versus placebo. Certaines études ont été menées en double aveugle, avec randomisation, avec des effectifs de patients variant de 20 à 33. Les résultats sont contradictoires. L’efficacité du curcuma n’est donc pas démontrée.

Il n’est pas possible de nier le fait que des revues internationales, avec comité de lecture, publient ce genre d’étude. Cet article a au moins le mérite de présenter objectivement les études publiées sur l’efficacité du curcuma dans le traitement du LPB. Plusieurs critiques peuvent être apportées : aucune documentation histologique sur le diagnostic des cas de LPB inclus dans les études, grande variabilité des formes cliniques et des critères de jugement retenus, hétérogénéité des protocoles d’administration du curcuma (préparations, concentrations…). En l’état actuel des connaissances, il n’est donc pas possible de proposer ce genre de thérapeutique aux patients.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...