Lutte contre les maladies non transmissibles : l’OMS s’en prend aux industriels

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 26 juin 2024
Information dentaire

L’OMS Europe appelle les gouvernements des Etats du continent à contrer les stratégies des industriels qui « interférent et influent sur les efforts de prévention et de lutte contre les maladies non transmissibles, telles que les maladies cardiovasculaires, les cancers et le diabète ».

Dans le viseur de l’OMS, quatre produits industriels en particulier : le tabac, les aliments ultra-transformés, l’alcool et les combustibles fossiles. Selon l’organisation, ils sont à l’origine de 19 millions de décès par an dans le monde, soit 34 % de la mortalité totale.

Et pour la seule Europe, ces secteurs d’activités sont entièrement ou partiellement responsables de 2,7 millions de décès par an, 7000 par jour, selon un rapport publié le 12 juin.

Lutte antitabac, étiquetage sanitaire et nutritionnel des produits alimentaires et des boissons alcoolisées ou mesures contre la pollution atmosphérique, ces industriels sont accusés de dépenser des ressources considérables « pour s’opposer aux réglementations d’intérêt public, manipuler les preuves scientifiques et le discours public, et à faire supporter aux populations et à l’environnement le coût des dommages qu’elles causent ».

« Les tactiques de l’industrie consistent à exploiter les personnes vulnérables par des stratégies de marketing ciblées, à tromper les consommateurs et à effectuer de fausses déclarations sur les bénéfices de leurs produits ou sur leur performance écologique, dénonce Hans Kluge, le directeur de l’OMS pour l’Europe. Ces tactiques menacent les progrès réalisés au cours du siècle dernier en matière de santé publique, et empêchent les pays d’atteindre leurs objectifs sanitaires ».

L’OMS appelle donc les Etats à appliquer des réglementations plus strictes concernant notamment l’imposition des sociétés multinationales, les pratiques monopolistiques et le marketing de produits nocifs pour la santé.

Face aux maladies non transmissibles « pendant trop longtemps, nous avons considéré que les facteurs de risque étaient essentiellement liés à des choix individuels, admet l’OMS. Nous devons redéfinir le problème comme un problème systémique où la politique doit restreindre le marketing et mettre fin à l’ingérence dans l’élaboration des politiques publiques ».

 

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : addiction mondiale

En 2019, 2,6 millions de décès dans le monde ont été imputables à la consommation d’alcool, ce qui représente 4,7 % de...
Santé publique

La moitié des Français sont désormais en surpoids ou obèses

En 2024, 18,1 % des adultes, soit près de 10 millions de personnes, sont en situation d’obésité (IMC > 30), et 30,8 % en...
Santé publique

L’accès aux soins en campagne

« Besoin d’un médecin ? Suivez le bon chemin ». À moins d’un mois des Jeux Olympiques, le ministère de la Santé lance une...
Santé publique

Sevrage tabagique : les recommandations de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié le 2 juillet des « Directives thérapeutiques cliniques pour le sevrage tabagique chez...
Santé publique

Se protéger de la coqueluche

Alors que depuis le début de l’année, la France compte déjà 17 décès dont 13 chez des enfants (12 nourrissons d’un à deux mois),...
Santé publique

Angines et cystites : prise en charge directe en pharmacie

Un décret et deux arrêtés, concernant les modalités de délivrance et la tarification, publiés au Journal officiel du 18 juin, autorisent...