Lutte contre les violences conjugales : la dérogation au secret médical définitivement adoptée

  • Publié le .
Information dentaire

Une dérogation au secret médical dans le cadre de la lutte contre les violences conjugales a été définitivement adoptée le 21 juillet suite au vote du Sénat sur la proposition de loi « visant à protéger les victimes de violences conjugales ».

Le code pénal prévoit déjà ces dérogations pour les mineurs ou les majeurs considérés vulnérables victimes de violences mais seulement 5 % des alertes pour violences conjugales sont données par des professionnels de santé. Le « Grenelle des violences conjugales », fin 2019, avait donc décidé d’encourager ces deniers à signaler l’existence d’un danger immédiat pour la victime, notamment en cas de risque de renouvellement des violences.

Désormais donc, lorsque le texte sera paru au Journal Officiel, le secret professionnel ne sera pas applicable « au médecin ou à tout autre professionnel de santé » qui informe le procureur de la République de violences conjugales « lorsqu’il estime en conscience que ces violences mettent la vie de la victime majeure en danger immédiat et que celle‑ci n’est pas en mesure de se protéger en raison de la contrainte morale résultant de l’emprise exercée par l’auteur des violences ». Le professionnel de santé « doit s’efforcer d’obtenir l’accord de la victime majeure ». S’il ne l’obtient pas, il doit informer la victime du signalement qu’il a fait au procureur de la République.

L’Ordre des chirurgiens-dentistes, s’est largement impliqué sur ce sujet et a lancé une formation en e-learning destinée à mieux repérer, prendre en charge et orienter les patientes victimes de violences. D’une durée de deux heures, cette formation est gratuite http://formation.ordre-chirurgiens-dentistes.fr

En moyenne chaque année, 229 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire. Seulement 19 % d’entre elles portent plainte.

Outre la levée du secret médical, le texte prévoit d’autres dispositions issues du « Grenelle » comme la lutte contre le harcèlement et le cyber-harcèlement (peines plus lourdes), la protection des mineurs face à la pornographie ou la suspension de l’autorité parentale des pères violents.

 

 

 

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

L’URPS chirurgiens-dentistes de Nouvelle-Aquitaine alerte sur les prothèses dentaires amovibles de plus de 10 ans

« Parmi les seniors porteurs d’une prothèse dentaire amovible, 40 % ont leur appareil actuel depuis plus de 10 ans, indépendamment...
Santé publique

Les Français toujours satisfaits de la qualité des soins dentaires

79 % des Français sont satisfaits de la qualité des soins prodigués par les chirurgiens-dentistes. Un étiage quasi identique depuis 2014 (entre 81 et 78 %), montre un...
Santé publique

L’ANSES veut règlementer l’accès et l’étiquetage du protoxyde d’azote alimentaire

Contenu notamment dans les cartouches des siphons à chantilly, les utilisateurs, parfois très jeunes, vident la cartouche de protoxyde d’azote...
Santé publique

Lutte contre les arrêts cardiaques : une loi pour sensibiliser et former des « Citoyens sauveteurs »

Le Parlement a adopté définitivement le 25 juin une proposition de loi visant à « créer le statut de citoyen sauveteur,...
Santé publique

Enfants et adolescents voient trop de publicités pour les produits gras, salés et sucrés

Dans une étude publiée le 24 juin, Santé publique France (SPF) préconise d’interdire les publicités sur des produits à plus...
Santé publique

L’UFSBD propose aux patients de tester leur risque carieux et parodontal

L’UFSBD lance le 23 juin sur son site internet des « Tests interactifs » d’évaluation des risques en matière de santé bucco-dentaire :...