Métalloprotéinases matricielles, chlorhexidine et adhésion dentinaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

La limitation majeure du collage tient à la liaison entre la dentine hydrophile et le composite hydrophobe, qui décline considérablement en stabilité et résistance entre 0,5 et 5 ans.
Les métalloprotéinases de la matrice (MMPs) appartiennent à la famille des endopeptides, et sont localisées dans la matrice extracellulaire. Physiologiquement, elles participent au remodelage tissulaire par la dégradation des protéines, particulièrement le collagène, par hydrolyse.
La dégradation de la liaison est due à deux facteurs principaux, liés au réseau collagénique de la dentine et les MMPs constitutives. D’abord, les fibres de collagène exposées à l’acide phosphorique du mordançage peuvent ne pas être complètement infiltrées par les agents de liaison, d’où la persistance d’une fine couche susceptible de nano-fuites. D’autre part, ce collagène non infiltré contient des MMPs susceptibles de dégrader le collagène par hydrolyse. Dans la dentine, ces enzymes sont inactives, mais elles sont activées par l’acide phosphorique et les composantes acides de l’agent de liaison. Il en résulte une désintégration de la couche hybride et une réduction de la résistance de la liaison. Dans les systèmes du type « mordançage-rinçage », l’emploi d’une solution de chlorhexidine pure à 0,2 % après mordançage, bien que ne pouvant éliminer totalement les nano-fuites et la perte de résistance du joint, semble en améliorer la stabilité à long terme. Dans les systèmes « auto-mordançants », qui par ailleurs apparaissent inférieurs en termes de résistance de la liaison et de stabilité à long terme, l’utilisation de chlorhexidine ne s’est pas montrée efficace.

En conclusion, lorsque l’on utilise un système d’adhésion à la dentine du type « mordançage-rinçage », l’application d’une solution aqueuse pure de chlorhexidine à 0,2 %, pendant 30 secondes, après mordançage et avant application de l’agent de liaison, peut contribuer à retarder le processus de dégradation de la liaison à la dentine et ainsi en améliorer la stabilité à long terme.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...