Mise en évidence des limites cervicales : cordonnet ou pâte ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

S’il est clair que les limites des préparations prothétiques ont tout intérêt, biologique comme pratique, à être situées de façon supra-gingivale, des contraintes esthétiques ou l’insuffisance de hauteur disponible ne le permettent pas toujours.
 
Pour mettre en évidence les limites infra-gingivales, la technique du cordonnet imprégné de substances hémostatiques est considérée comme efficace et n’entraînant qu’une faible récession gingivale. Des pâtes au chlorure d’aluminium, ou des matériaux en poly-vinyl-siloxane (PVS) ont été récemment proposées pour cet usage. Le présent essai clinique randomisé avait pour but d’évaluer et de comparer trois méthodes (pâte de chlorure d’aluminium seule (P), cordonnet recouvert de pâte (CP) et double cordonnet imprégné de chlorure d’aluminium à 14 % ou de sulfate ferrique à 20 % (C)), en mesurant l’occurrence et l’ampleur des récessions gingivales, le ressenti du patient et l’évaluation de la lisibilité des limites au laboratoire.
Les résultats ne montrent aucune récession gingivale sévère (> 0,5 mm). L’incidence des récessions gingivales mineures était de 8 % pour le groupe P, 23 % pour le groupe CP et 33 % pour le groupe C. Le nombre moyen d’empreintes nécessaire à la réussite était de 1,4 pour le groupe P, 1,3 pour le groupe CP et 1,1 pour le groupe C, mais la différence n’était pas statistiquement significative. Un total de 21 % des patients a ressenti de l’inconfort, mais la différence entre les groupes n’était pas significative. Au laboratoire, la visualisation des limites était significativement plus facile avec le groupe C.
 
En conclusion, les résultats de cet essai clinique randomisé indiquent que la technique classique du double cordonnet, utilisée pour la mise en évidence des limites cervicales, est susceptible d’entraîner plus fréquemment une récession gingivale mineure (< 0,5 mm) que la pâte de chlorure d’aluminium ; cependant elle permet une meilleure lisibilité de ces limites au laboratoire.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...