Modifications des tissus mous et durs à la suite du traitement de malocclusions de classe II division 1 par activateur versus gouttière myofonctionnelle : un essai contrôlé randomisé

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°4 - 30 septembre 2018 (page 20)
Information dentaire
Le traitement de patients, en croissance et présentant une malocclusion de classe II division 1, était plus efficace lorsqu’il était mené avec un activateur plutôt qu’au moyen d’une gouttière myofonctionnelle (T4K®).

Une sensibilisation accrue au rôle des fonctions orales dans l’étiologie des malformations de classe II a conduit à la généralisation de l’utilisation de dispositifs de rééducation myofonctionnelle, pour traiter de façon simple les enfants présentant une malocclusion de classe II. L’objectif de cette étude à court terme était d’évaluer les modifications des tissus mous et durs, obtenues après douze mois de traitement de patients en croissance et présentant une malocclusion de classe II division 1, au moyen d’un dispositif fonctionnel conventionnel (un activateur modifié) versus une gouttière myofonctionnelle (T4K®).
 
Soixante enfants de 8 à 12 ans présentant une malocclusion de classe II division 1 ont été recrutés dans des écoles primaires et répartis au hasard en deux groupes égaux. La randomisation était basée sur une séquence de nombres aléatoires générée par ordinateur. L’analyse des données portait sur un groupe Activateur (vingt-huit patients, âge moyen 10,6 ± 1,3 ans) et un groupe T4K® (vingt-six patients, âge moyen 10,3 ±
1,4 ans). Les modifications squelettiques, dentoalvéolaires et des tissus mous ont été évaluées à l’aide de téléradiographies de profil standardisés prises avant et après douze mois de traitement. L’étude a été réalisée sans insu.
 
L’amélioration des caractéristiques squelettiques et dentofaciales de classe II était significativement plus importante dans le groupe Activateur que dans le groupe T4K®. L’amélioration était nette avec une diminution significative de l’angle squelettique ANB dans le groupe Activateur (x = - 1,89 ± 1,12) par rapport au groupe T4K® (x = - 0,9 ± 1,01) (P = 0,01), une augmentation significativement plus importante de l’angle de convexité faciale dans le groupe Activateur (x = 2,61 ± 3,71) comparativement au groupe T4K® (x = 0,2 ± 2,51) (P = 0,04), et une réduction significativement plus importante du surplomb dans le groupe Activateur (x = - 3,0 ± 2,3 mm) par rapport au groupe T4K® (x = - 1,5 ± 1,9 mm) (P = 0,001).
 
En se fondant sur les résultats de leur étude, les auteurs concluent que le traitement de patients, en croissance et présentant une malocclusion de classe II division 1, était plus efficace lorsqu’il était mené avec un activateur plutôt qu’au moyen d’une gouttière myofonctionnelle (T4K®).

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...