Mpox : un an après le début de l’épidémie, la DGS appelle à la vigilance

  • Publié le .
Information dentaire

Alors que 17 cas confirmés d’infection à virus mpox (variole du singe ou monkeypox) ont été signalés en région Centre-Val-de-Loire depuis le 1er janvier, la Direction générale de la santé (DGS) appelle les professionnels de santé à rester mobilisé pour prévenir toute résurgence.

Dans un « DGS urgent » du 5 mai, les autorités de santé détaillent à l’intention des médecins et infirmiers les conduites à tenir en cas d’infection. Mais l’essentiel, selon la DGS, est d’abord de maintenir la surveillance et le dépistage. Rappelons que dans cette affection les muqueuses buccales sont particulièrement touchées ; les praticiens se doivent donc d’être vigilants.

L’éruption cutanée qui commence généralement dans les un à 3 jours suivant l’apparition de la fièvre, touche en premier lieu la bouche et la langue (énanthème), indique le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) dans un avis publié en mai 2022. Puis, une éruption maculaire cutanée apparaît, débutant au niveau du visage et s’étendant aux membres supérieurs et inférieurs, puis aux mains et aux pieds, incluant paumes et plantes. Au 3e jour, les lésions maculaires (plates) évoluent en papules (lésions fermes en léger relief) et se développent au 4-5e jour en vésicules (lésions remplies de liquide clair). Elles se transforment en pustules (lésions remplies de liquide jaunâtre) et enfin en croûtes qui sèchent et tombent à partir du 7e jour.

« L’évolution spontanée de cette maladie virale est majoritairement favorable en une vingtaine de jours », souligne le HCSP. Les lésions muqueuses précèdent les lésions cutanées, ce qui explique que le virus soit transmis au début principalement par la salive et les gouttelettes respiratoires après un contact face à face prolongé.

Depuis le début de l’épidémie, il y a un an (mai 2022), 5 002 cas d’infection ont été recensés en France. La très grande majorité des cas adultes déclarés sont de sexe masculin. Seuls 2,9 % d’entre eux sont des femmes. L’âge médian est de 36 ans. Aucun décès n’a été signalé. La vaccination est possible. L’ensemble de la documentation relative au mpox est disponible ici : https://bit.ly/41e3ly8

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...
Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...