Notre cerveau détecte plus rapidement la douleur de l’autre que son genre…

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Commission scientifique et de la recherche

L’intensité de la douleur comme la souffrance morale qu’elle entraîne peuvent être mesurées, le plus souvent avec des échelles d’auto-évaluation. D’autres composantes de la douleur sont également observables. L’une des plus importantes est la composante comportementale, dont l’un des marqueurs le plus fiable et spécifique est l’expression faciale. Cette dernière permet d’évaluer à la fois la composante sensorielle et émotionnelle désagréable de la douleur. Elle possède deux grandes finalités, permettre de transmettre un signal d’avertissement de menace et de générer chez l’autre un comportement altruiste d’aide et de compassion.
Les humains sont des experts pour reconnaître la signification des traits du visage, qu’elles soient variables (émotions) ou immuables (genre). En raison de sa grande valeur communicative, la douleur peut être détectée plus rapidement sur les visages que les caractéristiques immuables. Sur la base de cette hypothèse, les auteurs de cette étude française ont cherché à détecter un temps de présentation qui permet la discrimination subliminale de l’expression faciale de la douleur sans permettre la discrimination entre les sexes. Chez 80 personnes, ils ont comparé le temps nécessaire (50, 100, 150 ou 200 millisecondes) pour distinguer les visages statiques de douleur, de colère et neutres avec le temps nécessaire pour distinguer le genre (homme versus femme).

Les résultats montrent que, à 100 millisecondes, 75 % des participants discriminent la douleur alors que seulement 20 % des participants ont réussi à discriminer le genre. De plus, cette discrimination de la douleur semble être subliminale. Cela confirme la théorie de l’évolution relative à la nécessité de lire rapidement les émotions aversives pour assurer la survie, mais pourrait également être à la base des comportements altruistes tels que l’aide et la compassion. Nous n’avons plus aucune excuse de ne pas avoir vu (rapidement) que nos patients avaient mal…

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...