Péri-implantite et laser

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

En dépit du succès du traitement par implants, des échecs peuvent apparaître. La péri-implantite est la cause la plus fréquente d’un échec tardif et peut survenir après des années d’ostéointégration. Le rôle de la plaque bactérienne dans le développement de la péri-implantite est bien documenté, mais la méthode idéale de décontamination reste à déterminer. De nombreuses données concernent le traitement par laser, mais il n’y a pas de consensus sur leur efficacité. Le but de cette revue de synthèse est de répondre à la question : le traitement par laser en thérapeutique unique ou associée est-il efficace pour la péri-implantite ?
À partir de 137 titres recensés, 15 publications ont été étudiées attentivement et six études cliniques contrôlées ont répondu aux critères de sélection. Les résultats indiquent qu’une application unique de laser Er : AG (acronyme de erbium : yttrium-aluminium-garnet ou grenat d’yttrium-aluminium dopé à l’erbium) ou diode (660-nm) en combinaison avec un colorant de chlorure de phénothiazine est efficace pour contrôler l’inflammation autour des implants traités pour au moins six mois, mais l’effet sur la profondeur au sondage ou un gain d’attache est faible. Il y a peu d’information clinique sur le laser CO2 (10,6 µm), qui pourrait cependant être prometteur.
Du fait du peu de données disponibles et de leur hétérogénéité, il n’a été possible d’établir une méta-analyse que pour le laser Er:YAG, qui ne révèle pas d’amélioration significative de la profondeur au sondage et du gain d’attache par rapport aux témoins.

Les auteurs en concluent que sur la base des données limitées disponibles, on ne peut mettre en évidence de supériorité du traitement au laser de la péri-implantite par rapport aux traitements conventionnels. Du fait du faible nombre d‘études disponibles et de leur hétérogénéité, ils concluent prudemment que le traitement non chirurgical au laser pourrait être étudié en première phase du traitement de la péri-implantite. Les futures recherches devraient faire état en détail des caractéristiques du laser et de la puissance utilisée dans les études cliniques.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...