Physiopathologie de la sensibilité occlusale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°3 - 25 janvier 2023 (page 6)
Information dentaire
Article analysé :
Robin O. Physiopathologie de la sensibilité occlusale. Implication pour l’équilibration occlusale. Les Cahiers de prothèse 2019 ; 47 : 270-6.

Dans cette revue de presse, nous avons décidé de mettre en lumière un article du Professeur Olivier Robin sur la dysesthésie occlusale. Ce sujet, qui sera présenté lors des prochaines journées internationales du Collège National d’Occlusodontologie à Paris en mars 2023, est peu documenté, encore moins en français. Pourtant nous avons tous été confrontés à cette situation dans nos cabinets. Un patient se plaint de son occlusion mais rien n’est objectivable lors de nos examens… Que faire ?

Au travers d’un cas clinique, l’auteur pose les bases du problème avant de décrire les mécanismes physiologiques nécessaires à la perception occlusale grâce aux mécano-récepteurs desmodontaux (MRD). Ces données histologiques, généralement issues de modèles animaux, sont très intéressantes pour comprendre la sensibilité occlusale autour des dents, mais aussi autour des implants, avec ce que cela implique dans notre pratique quotidienne. Ainsi, il apparaît que ces MRD ne sont pas les seuls mécano-récepteurs à participer au bon fonctionnement de la mastication mais ont des caractéristiques très spécifiques avec des particularités en fonction du type de dents et de leur localisation. On y apprend également que le cerveau est capable d’une certaine neuroplasticité permettant de s’adapter, dans la plupart des cas, à des changements de contacts dento-dentaires.

Auparavant appelée « phantom bite », la dysesthésie occlusale se caractérise par une altération de la perception occlusale, persistante depuis au moins six mois, en l’absence d’anomalies occlusales évidentes et avec une association fréquente de désordres psychiatriques. Il n’y a pas de critères spécifiques à cette pathologie et peu de données épidémiologiques fiables existent. Les patients sont persuadés d’avoir une occlusion anormale, souvent à la suite de soins dentaires. C’est généralement le début d’une multiplication de consultations…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...
Revue de presse

Quand l’alpinisme inspire l’orthodontie

L’objectif de cet article est de présenter, sous la forme d’un cas clinique, un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire par...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Presse internationale : rencontre avec les Drs Sylvie Lê, Sara Laurencin-Dalicieux et Charlotte Thomas

Article commenté Lê S, Laurencin-Dalicieux S, Minty M, Assoulant-Anduze J, Vinel A, Yanat N, Loubieres P, Azalbert V, Diemer S,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Adhésifs universels, vieillissement et dégradations

Depuis le collage amélaire décrit par Buonocore en 1955 puis les premiers succès du collage dentinaire au tout début des...