L'Information Dentaire n°3 - 25 janvier 2023

9,00

UGS : ID A02303 Catégorie :
Feuilleter les premières pages
Il s’agit de la version numérique, accédez-y dès l’achat dans votre espace client.

Description

Éditorial

Le secret reste sacré ! I lire ci-dessous
Marc Sabek

Avant-propos

Souvenirs et formations… I Lire ci-dessous
Michel Bartala

Actualités

Physiopathologie de la sensibilité occlusale
Gauthier Cazals, Collège National d’Occlusodontologie

Presse médicale spécialisée
Philippe Léonard

Actualité hebdo
Nicolas Fontenelle

ADF 2022, Retour sur des séances fortes

En novembre dernier, le congrès de l’ADF a fait « salles combles ».
Orchestré par Xavier Struillou, entouré de huit experts, le programme scientifique s’est décliné à travers de très belles séances. Nous en avons sélectionné onze qui, nous l’espérons, reflètent ce programme et l’ensemble des disciplines de l’odontologie.

Coordinateur : Michel Bartala
Avec : Johanne Barbillon, Aurore Barraco, Kinz Bayet, Clément Dssouli, Orianne Gondel, Marie Guillet, Devit Kacieu, Solène Pieri, Guy Ravalec, Barbara Renaud et Amélie Riffault

  • Impacts du bruxisme sur nos choix quotidiens par Solène Pieri
  • La dentisterie biomimétique : du concept à l’évidence clinique – Bioémulation  par Marie Guillet
  • Élongation coronaire et remontée de marge, dévoilons nos limites en maîtrisant les techniques par Aurore Barraco
  • L’empreinte optique en direct : démonstration TV en direct sur patient par Kinz Bayet
  • Remplacer l’incisive latérale : un vrai challenge par Barbara Renaud
  • Apport du numérique dans le traitement implantaire chez l’édenté complet par Clément Dssouli
  • Traiter les parodontites sévères : oui, c’est possible ! par Orianne Gondel
  • Rendre les pratiques plus sûres : passons aux actes par Guy Ravalec
  • Retraitement canalaire en une séance : analyse temps par temps par Amélie Riffault
  • Traitement parodontal non chirurgical : les clés de sa réussite par Orianne Gondel
  • Les usures : diagnostic, prévention et prise en charge thérapeutique par Solène Pieri

Exercice pro

Éthique

Enregistré par mon patient au cours des soins
Philippe Pirnay

Fiscalité

Projet de loi de finances pour 2023
Bernard Fabrega

Découverte

Art

André Devambez, envols de l’imaginaire
Thierry Leroux


Éditorial

Le secret reste sacré !

La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a clos, le 14 novembre 2022, l’instruction de plusieurs centaines de plaintes déposées contre des organismes complémentaires d’assurance maladie (OCAM) pour violation du secret médical. Après analyse du cadre juridique actuel, elle a rappelé que la collecte et l’utilisation de données de santé sont interdites, sauf les exceptions prévues par la loi ou l’article 9 du RGPD. Or, le constat est simple : aucun texte ne permet explicitement aux Complémentaires d’accéder aux données de santé du patient, ce que nous n’avons pas cessé de rappeler dans ces colonnes1 et ailleurs2.

La CNIL estime cependant, par une « interprétation » de certains textes législatifs, que les Complémentaires peuvent recevoir des données de santé strictement indispensables au règlement des prestations. Ces données se limitent aux codes de regroupement et aux codes affinés des actes (ainsi que les ordonnances de prescription pour les prestations d’optique). Et il n’existe aucune justification légale permettant aux Complémentaires d’accéder à d’autres données couvertes par le secret médical. Une loi doit expressément autoriser un tel accès.

En attendant cette loi, le secret médical demeure sacré.

Il n’est donc nullement question de réclamer d’autres données confidentielles telles que les radiographies, les devis ou encore les fiches de traçabilité des prothèses, même avec le « consentement » préalable du patient, prévu dans son contrat, en contrepartie de la prise en charge complémentaire. La CNIL rappelle que tout consentement est un acte individuel, et qu’il n’est jamais valide lorsqu’il est intégré dans un contrat collectif, conclu par l’employeur pour l’ensemble de ses salariés (la majorité des contrats responsables actuels).

Et c’est ce qu’il faut continuer à expliquer à chaque patient. Il a évidemment accès à tout son dossier médical bucco-dentaire. Mais le chantage au remboursement, qui l’oblige à transmettre des éléments de ce dossier, tombe sous le coup de la loi !

Marc Sabek
Membre du comité éditorial de L’Information Dentaire


Avant-propos

Souvenirs et formations…

La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a clos, le 14 novembre 2022, l’instruction de plusieurs centaines de plaintes déposées contre des organismes complémentaires d’assurance maladie (OCAM) pour violation du secret médical. Après analyse du cadre juridique actuel, elle a rappelé que la collecte et l’utilisation de données de santé sont interdites, sauf les exceptions prévues par la loi ou l’article 9 du RGPD. Or, le constat est simple : aucun texte ne permet explicitement aux Complémentaires d’accéder aux données de santé du patient, ce que nous n’avons pas cessé de rappeler dans ces colonnes1 et ailleurs2.
La CNIL estime cependant, par une « interprétation » de certains textes législatifs, que les Complémentaires peuvent recevoir des données de santé strictement indispensables au règlement des prestations. Ces données se limitent aux codes de regroupement et aux codes affinés des actes (ainsi que les ordonnances de prescription pour les prestations d’optique). Et il n’existe aucune justification légale permettant aux Complémentaires d’accéder à d’autres données couvertes par le secret médical. Une loi doit expressément autoriser un tel accès.
En attendant cette loi, le secret médical demeure sacré.

Il n’est donc nullement question de réclamer d’autres données confidentielles telles que les radiographies, les devis ou encore les fiches de traçabilité des prothèses, même avec le « consentement » préalable du patient, prévu dans son contrat, en contrepartie de la prise en charge complémentaire. La CNIL rappelle que tout consentement est un acte individuel, et qu’il n’est jamais valide lorsqu’il est intégré dans un contrat collectif, conclu par l’employeur pour l’ensemble de ses salariés (la majorité des contrats responsables actuels).

Et c’est ce qu’il faut continuer à expliquer à chaque patient. Il a évidemment accès à tout son dossier médical bucco-dentaire. Mais le chantage au remboursement, qui l’oblige à transmettre des éléments de ce dossier, tombe sous le coup de la loi !

Michel Bartala
Rédacteur en chef

  • Paiement <br />sécurisé
    Paiement
    sécurisé
  • Règlement par carte <br />bancaire ou chèque
    Règlement par carte
    bancaire ou chèque
  • Expédition <br />sous 4 jours
    Expédition
    sous 4 jours
  • Nous sommes à <br />votre écoute, contactez-nous
    Nous sommes à
    votre écoute, contactez-nous