Pronostic du traitement des perforations

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Cette étude se propose d’évaluer le taux de succès du traitement des perforations radiculaires et de déterminer les facteurs pronostiques préopératoires du succès. Il s’agit d’une étude rétrospective incluant 128 cas de perforations traitées par obturation au MTA et sous microscope opératoire. Tous les traitements ont été réalisés au sein d’un cabinet dentaire privé dont l’exercice est limité à l’endodontie. Le succès est évalué sur une période d’un à dix ans après le traitement par deux examinateurs indépendants et calibrés. Le traitement est considéré comme un succès si tous les critères cliniques (absence de symptomatologie, maintien de la fonction) et radiographiques (absence de radioclarté adjacente à la perforation, absence de parodontite apicale) sont remplis. Si l’un des critères est manquant, le traitement est classé comme échec. De plus, les relations entre les données préopératoires et le succès du traitement sont analysées statistiquement afin de déterminer les facteurs pronostiques potentiels.

73,3 % des dents ont été classées comme guéries, avec un taux de rappel de 70 % (soit un échantillon de 90 dents). Alors qu’il est souvent décrit dans la littérature que la taille et la localisation de la perforation influencent le taux de succès, ces deux variables se sont révélées indépendantes du pronostic des traitements. Néanmoins, les auteurs ont identifié deux facteurs pronostiques déterminants :

– la présence d’une lésion préopératoire adjacente à la perforation ;

– la présence préopératoire d’une communication entre le site de la perforation et la cavité orale, par la présence d’une poche parodontale ou d’une fistule.

Les résultats de l’étude ont montré que le taux de guérison des dents avec une lésion adjacente à la perforation est significativement diminué (58 %), comparé aux dents sans lésion préopératoire (89 %). Cette étude établit également que le pronostic du traitement est le plus faible quand la communication avec le milieu buccal est établie. En effet, le traitement des quatre perforations en communication avec le milieu buccal, incluses dans l’étude, a abouti à un échec. Ces résultats confirment les données de la littérature et soulignent l’importance de traiter une perforation dans un délai le plus court possible (idéalement, dans la séance). La variable temps a été montrée comme étant un facteur pronostique déterminant, puisqu’elle est liée directement au développement d’une lésion au niveau du site de perforation. Il peut en être de même pour la communication avec le milieu buccal.

Cette étude met en évidence que le traitement des perforations par obturation au MTA est une technique fiable et reproductible. Cependant, un pronostic de guérison réduit peut être attendu si :

– une lésion préopératoire est présente au niveau du site de perforation ;

– quand un contact entre la perforation et le milieu buccal a été établi.

Ces données sont importantes à prendre en compte pour l’établissement du plan de traitement et dans l’information apportée au patient.


Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...