Quel appareil orthodontique permet la meilleure hygiène orale ?

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 30 avril 2018
Information dentaire
Il n’y a pas de différence sur la santé parodontale entre les trois dispositifs orthodontiques utilisés après dix-huit mois de traitement.

Une étude clinique randomisée

Le développement de la plaque dentaire a été associé à plusieurs facteurs environnementaux et individuels comme l’alimentation, l’hygiène buccale, l’exposition au fluorure, la qualité de la salive, la composition de la microflore orale et les facteurs immunitaires. L’accumulation de plaque est également favorisée par les appareils orthodontiques qui rendent le brossage difficile.
 
De nombreuses études ont évalué l’effet des appareils orthodontiques fixes sur la flore microbienne et l’état parodontal, mais les résultats de la littérature sont contradictoires. L’objectif des auteurs était de comparer les effets des gouttières, des brackets autoligaturants et des brackets ligaturés avec des élastomères sur l’hygiène buccale des patients.
 
Dans cet essai clinique randomisé, soixante et onze patients âgés de 15,6 ans en moyenne ont été inclus et divisés de manière équivalente entre les trois groupes. L’évaluation clinique de l’état de santé parodontale a été réalisée en mesurant l’indice de plaque (PI), l’indice gingival (GI) et l’indice de saignement papillaire (PBI) avant traitement, après neuf mois de traitement et en fin de traitement (dix-huit mois).
 
Les auteurs n’ont observé aucune différence significative sur les trois paramètres mesurés entre les trois groupes après dix-huit mois de traitement. Cependant, après neuf mois de traitement, les patients du groupe « gouttière » avaient de meilleurs scores GI et PBI que les patients des groupes d’appareils fixes. Il faut noter cependant que les patients du groupe « gouttière » étaient légèrement plus âgés que les patients des deux autres groupes et présentaient une hygiène orale initiale plus satisfaisante. Les auteurs de cette étude concluent donc qu’il n’y a pas de différence après dix-huit mois de traitement sur la santé parodontale entre les trois dispositifs orthodontiques utilisés.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...