Réforme du code du travail : ce qu’il faut retenir

  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire

Limite des indemnités

Information dentaire
« Pour la première fois, une réforme du code du travail donne la priorité aux très petites entreprises (TPE, moins de 11 salariés)», a souligné le Premier Ministre, Edouard Philippe, en présentant le 31 août les ordonnances visant à reformer le code du travail. Voici les 4 points essentiels de ces textes dont le contenu sera intégré au code du Travail dès leur publication au Journal Officiel.

Prud’hommes : planchers et plafonds

La mesure la plus emblématique est l’encadrement des indemnités prud’homales (en cas de licenciement jugé abusif). Un plancher et un plafond sont fixés en fonction de l’ancienneté du salarié. Dans les entreprises de moins de 11 salariés, les planchers sont moins importants que dans les autres entreprises puis rattrapent le régime commun à partir de la 11e année d’ancienneté (voir tableau). A partir de la 11e année, l’indemnité minimale ne bouge plus (3 mois de salaire brut).
L’indemnité maximale progresse de 0,5 mois par an jusqu’à 20 mois, son point culminant, pour 29 années d’ancienneté et plafonne ensuite. Mais attention, en cas de « violation d’une liberté fondamentale » par l’employeur, l’indemnité minimum s’élève à six mois de salaire et il n’y a pas de plafond. Pour compenser ces encadrements, les indemnités légales de licenciement seront augmentées, par décret, à 1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté, contre 1/5 de mois aujourd’hui.
Par ailleurs, la saisine des prud’hommes ne pourra se faire qu’un an au maximum après le licenciement et non plus 24 mois. Enfin, la procédure de licenciement sera simplifiée et figurera sur un formulaire Cerfa évitant les requalifications en « licenciement abusif » pour de simples erreurs de procédure. Le « vice de forme » ne l’emporte plus sur le « vice de fond ».

Négociations : pas besoins d’élus du personnel

Dans les entreprises de moins de 20 salariés qui n’ont pas d’élu du personnel, possibilité est donnée au chef d’entreprise de négocier avec ses salariés (non élus et non mandatés par un syndicat donc) sur tous les sujets : temps et organisation du travail, rémunération, etc. L’accord trouvé est soumis à référendum et s’applique si deux tiers des salariés le ratifient.

Renforcement des accords de branches

Les accords de branches devront prévoir des accords types qui tiennent comptent de la réalité et de la situation des TPE. Les salaires et frais de déplacement des salariés des TPE/PME qui participent à des négociations de branche seront pris en charge. Les caractéristiques des CDD (durée, nombre de renouvellement, carence…) pourront être négociées dans la branche, alors qu’elles étaient fixées uniquement par la loi auparavant.

Code du travail numérique

Un code de travail numérique sera disponible en ligne au plus tard le 1er janvier 2020. Il inclura des exemples concrets, pour simplifier sa compréhension par les chefs d’entreprises et les salariés.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Faible dialogue social dans les TPE

En 2022, 81 % des très petites entreprises (TPE) employant 2 à 9 salariés (tous secteurs) déclarent avoir pris des...
Vie du cabinet

Salariés des cabinets dentaires : une prime d’ancienneté plus précoce et plus progressive

« Pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés, continuer à valoriser leur fidélité à l’entreprise, et simplifier l’application de la prime...
Vie du cabinet

Les TPE fans de la PPV

En 2023, les entreprises ont versé 5,32 milliards d’euros via la Prime partage de la valeur (PPV, dite « prime Macron »), indiquent...
Vie du cabinet

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais forte source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...
Vie du cabinet

Des outils pour évaluer les risques professionnels dans les cabinets dentaires

Aménager les postes de travail, limiter la transmission des agents infectieux, prévenir les risques de chute, limiter les risques d’exposition...
Vie du cabinet

L’amortisseur électricité reconduit pour les TPE

Pour limiter les conséquences de l’augmentation des prix sur leur facture d’électricité pour l’ensemble de l’année 2024 (du 1er janvier...