Relèverez-vous #LeDéfiDeJanvier ?

  • Publié le .
Information dentaire

Le « Mois sans alcool » aura bien lieu au mois de janvier. Il ne sera pas organisé par Santé Publique France comme cela était initialement prévu mais par un collectif inter-associatif (*). A l’instar de l’initiative britannique « Dry January », lancée en 2013, ces associations proposent à tous les Français dans un communiqué du 3 décembre, de faire « une pause d’alcool pendant un mois pour donner du répit à votre corps (et votre porte-monnaie) mais également faire le point sur la place qu’occupe l’alcool dans votre quotidien et votre sociabilité ».

Elles vont rapidement lancer une campagne sur les réseaux sociaux (#LeDéfiDeJanvier) et invitent les professionnels de santé à la relayer. « Les bénéfices sont prouvés, assurent-elles. Perte de poids, meilleur sommeil, regain d’énergie, meilleure concentration et, à terme, une consommation d’alcool mieux maîtrisée ».

La sphère oropharyngée paye un lourd tribut
Initialement prévue par Santé Publique France, le « Mois sans alcool » a été, selon le collectif, « supprimé sous pression de l’Elysée » à l’écoute du lobby alcoolier. Dans une lettre ouverte au Président de la République le 2 décembre, France Assos Santé qui regroupe 85 associations d’usagers de la santé, rappelle à Emmanuel Macron qu’il avait « mis la prévention au cœur de ses engagements de campagne, promettant une véritable révolution de la prévention » et lui demande « un acte politique fort de prévention de l’alcoolisme en France ». «Nous comptons sur votre engagement pour que cette campagne de Santé Publique France soit bien à l’agenda du début d’année à venir et que tout cela n’est qu’un affreux malentendu ».

L’alcool est responsable de plus de 40 000 décès chaque année. Il engendre de nombreuses pathologies : arythmie cardiaque, AVC, hypertension, gastrites,… et de multiples cancers (30 000 par an). Même consommé à faibles doses, il est à l’origine de cancers comme celui du côlon-rectum, du foie ou du sein. La sphère oropharyngée (bouche, pharynx, larynx et l’œsophage), paye également un lourd tribut : près de 70 % de l’ensemble de ces cancers (presque 7000 en 2015 en France) sont directement liés à l’alcool.

(*) ADIXIO, AIDES, ANPAA (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie) FAGE, Fédération des Amis de la Santé, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Fédération Addiction, Fonds Actions Addictions, FFA (Fédération Française d’Addictologie), France Assos Santé, FPEA (France Patients Experts), La Ligue Contre le Cancer, SFA (Société Française d’Alcoologie), Société française de Santé publique, UNIOPSS

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : un Français sur quatre boit trop !

La consommation quotidienne d’alcool concerne, selon les régions, 7,1 % à 12,6 % des adultes, sachant que la moyenne nationale est de...
Santé publique

Baisse du tabagisme mondial : une première !

Pour la première fois, le nombre d’êtres humains consommant du tabac diminue dans le monde, selon un rapport de l’OMS publié le 19 décembre....
Santé publique

Cancer du sein : l’intelligence artificielle imbattable

Une technique d’intelligence artificielle (IA) mise au point par Google Health à partir de 29 000 mammographies provenant de Grande-Bretagne et des États-Unis fait...
Santé publique

La DGCCRF tape dur sur les médecines douces

Hypnose, acupuncture, réflexologie, aromathérapie, auriculothérapie, naturopathie ou encore hydrothérapie du côlon… de plus en plus de Français se tournent vers...
Santé publique

Plus on fait du sport, plus le risque de cancer diminue

C’est ce que confirme, une nouvelle fois, une étude publiée le 26 décembre dans Journal of Clinical Oncology. La méta-analyse porte...
Santé publique

Un arrêt maladie sans voir le patient ? Possible, mais plus pour longtemps.

« Si vous êtes trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin en ligne (25 €, remboursable) pour éventuellement avoir un...