Résistance à l’arrachement des reconstitutions corono-radiculaires associant tenon fibré et composite inséré en phase plastique

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Collège National des Enseignants en Prothèses Odontologiques

Les Reconstitutions par Matériaux Insérés en Phase Plastique (RMIPP) sont devenues une thérapeutique incontournable dont les limites d’utilisation doivent encore être précisées : la rupture de l’interface avec la dentine radiculaire en constituant l’échec principal. Les auteurs tentent ici de montrer, au moyen de tests de traction uniaxiale, l’importance de la hauteur des tissus dentaires coronaires résiduels et du conditionnement de la dentine radiculaire sur la rétention de ce type de reconstitutions corono-radiculaires.
Dans cet objectif, 150 dents maxillaires antérieures, ne présentant ni restauration, ni fêlure, qu’une seule racine rectiligne et qu’un seul canal, sont sélectionnées et traitées endodontiquement par le même opérateur, selon la même séquence instrumentale. Les dents dont les couronnes sont réduites en plateau à 0, 1, ou 2 mm de la jonction amélo-cémentaire, forment 3 groupes qui subiront chacun 5 conditionnements différents de la dentine radiculaire : aucun (témoin), acide orthophosphorique (37 %) (Total Etch ; Ivoclar Vivadent AG), EDTA (17 %) (Pulpdent), chlorhexidine (2 %) (Gluco-chex 2 % gel, PPH Cerkamed), et enfin une combinaison de chlorhexidine (2 %), d’EDTA (17 %) et d’un surfactant (QMix, Dentsply Tulsa Dental). La restauration coronaire associe un composite collé (Filtek Z250, 3M ESPE et Prime & Bond 2.1, Dentsply Intl) à un tenon radiculaire en fibre de verre de 1,4 mm de diamètre et 10 mm de long (Postec Plus, Ivoclar-Vivadent AG) scellé par un ciment composite universel auto-adhésif (RelyX Unicem, 3M ESPE). Les différents échantillons ainsi préparés sont conservés dans une étuve pendant 7 jours à 37 °C.
Les tests de traction uniaxiale (2 mm/min) montrent que deux traitements (QMix et solution d’EDTA à 17 %) apportent des valeurs de rétention nettement supérieures, quelle que soit la hauteur coronaire persistante : respectivement 375 N et 370 N, loin devant les valeurs obtenues par le conditionnement à l’acide orthophosphorique et par le groupe témoin (respectivement 335 et 205 N). Les tests montrent parallèlement que chaque millimètre de hauteur coronaire résiduelle augmente de plus ou moins 10 % la valeur des résultats de traction obtenus. Ainsi, pour un même conditionnement de la dentine radiculaire, ici l’EDTA à 17 %, les résultats passent de 310 à 343 N, et enfin 368 N, selon que la hauteur du cerclage résiduel est de 0, 1, ou 2 mm.
Si cette étude témoigne d’une grande volonté des auteurs de présenter une cohorte conséquente et homogène permettant d’apporter des résultats statistiquement significatifs, on peut cependant regretter l’absence d’analyse microscopique du profil de rupture permettant d’expliquer les différents résultats obtenus. On peut également s’interroger sur le choix d’un ciment composite auto-adhésif pour sceller le tenon fibré, ciment qui, par définition, ne nécessite aucun traitement préalable des substrats dentaires !

Points clés
• Un cerclage périphérique cervical (« ferrule effect ») d’au moins 1 mm, et plutôt de 2, améliore considérablement
la résistance à la traction de ce type de restaurations corono-radiculaires collées.
• Le conditionnement de la dentine radiculaire reste toujours difficile à maîtriser, sa surface étant facilement contaminée par des débris de ciment, ou de gutta.
• Pour l’anecdote, tous les conditionnements préalables de la dentine radiculaire ont amélioré l’efficacité du ciment auto-adhésif utilisé !

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...