Résorption radiculaire et déplacement orthodontique des dents : une revue systématique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2015
Information dentaire
Les données probantes recommandent l’utilisation de forces légères, particulièrement pour l’ingression des incisives.

Weltman B, Vig KW, Fields HW, Shanker S, Kaizar EE. Root resorption associated with orthodontic tooth movement: a systematic review. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 2010;137:462-76.

L’étiologie des résorptions radiculaires est multifactorielle et complexe, associant une variabilité biologique individuelle, une prédisposition génétique, l’effet des facteurs mécaniques et des facteurs extérieurs tel un traumatisme.

L’objectif de cette revue de littérature était d’évaluer la résorption radiculaire après déplacement orthodontique des dents. Ses conclusions pourraient fournir les meilleures données factuelles utiles à la prise de décisions cliniques permettant de réduire le risque et la sévérité des résorptions radiculaires.

Les auteurs ont interrogé les bases de données électroniques, parcouru manuellement les revues non accessibles en ligne et consulté les experts dans ce domaine, sans restriction de langue. Ont été sélectionnés les essais cliniques randomisés, indiquant la présence de résorptions radiculaires avant ou après déplacement orthodontique des dents chez l’homme. Deux auteurs ont mené de façon indépendante l’analyse et l’extraction des données parmi les études sélectionnées, en utilisant un formulaire normalisé.

Cette recherche a identifié 921 citations uniques. La lecture des titres et résumés a permis d’identifier 144 articles complets, dont 13 ont été retenus après application des critères d’inclusion. Les divergences d’approches méthodologiques et de présentation des résultats ont empêché toute comparaison statistique chiffrée. Les données probantes donnent à penser qu’un traitement orthodontique complet accroît la fréquence et la gravité des résorptions radiculaires, et que l’utilisation de forces lourdes pourrait être particulièrement dommageable. Les résorptions radiculaires inflammatoires d’étiologie orthodontique sont indépendantes de la séquence d’arcs employée, de la prescription des brackets et de l’emploi d’attaches autoligaturantes.
Un antécédent de traumatisme ou une morphologie dentaire atypique ne semblent pas être des facteurs étiologiques. Les faits montrent qu’un arrêt du traitement pendant 2 à 3 mois diminue la résorption radiculaire totale.

Les résultats sont peu concluants quant à la gestion clinique des résorptions radiculaires, mais les données factuelles recommandent l’utilisation de forces légères, particulièrement pour l’ingression des incisives.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...