Restaurations et vitalité pulpaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

L’inflammation pulpaire est associée principalement à une agression microbienne et/ou traumatique. C’est cependant un processus multifactoriel et chaque élément impliqué dans la restauration de la dent peut être nocif pour la vitalité pulpaire. La présente étude porte sur le délai observé entre la restauration d’une dent et un éventuel traitement endodontique subséquent, en fonction du type de restauration et des parois subsistantes. Elle a été effectuée par l’analyse de tous les patients de l’école dentaire « Case Western Reserve University School of Dental Medicine » ayant reçu une restauration dentaire entre 2008 et 2013, et qui avaient ensuite été l’objet d’un traitement endodontique. Les données recueillies comprenaient le type de restauration, les surfaces dentaires impliquées, le type de dent, la date de la restauration et celle du traitement endodontique subséquent.
Les résultats montrent un délai de 270 (245-294) jours (p < 0,0001) entre la restauration et le traitement de la pulpe. Les restaurations au composite étaient suivies d’un traitement endodontique 1,91 fois plus souvent que celles à l’amalgame et 5,69 fois plus souvent que les couronnes. Les dents présentant deux surfaces restaurées ou davantage étaient plus fréquemment suivies d’un traitement endodontique (p < 0,001).
Les auteurs en concluent que le délai critique après restauration est de 9 mois et que les pertes de substance de plus de deux surfaces et les restaurations au composite sont des facteurs de pathologie pulpaire. Ils recommandent aux praticiens de procéder toujours à une évaluation approfondie de l’état de la pulpe, avant, pendant et après une restauration.
Alors que pour certains, l’amalgame et la couronne sont des restaurations d’un passé révolu et le composite une réponse à tout, les données de cette étude doivent faire réfléchir à une approche du traitement qui dépasse le très court terme.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...