Rituximab versus mycophénolate mofétil chez les patients atteints de pemphigus vulgaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°3 - 26 janvier 2022
Information dentaire
Article analysé : Werth VP et al. Rituximab versus Mycophenolate Mofetil in Patients with Pemphigus Vulgaris. N Engl J Med 2021 ; 384 : 2295-305.

Le pemphigus est une dermatose bulleuse auto-immune intra­-épidémique et/ou intra­-épi­théliale caractérisée par des autoanticorps généralement dirigés contre la desmogléine 1 (Dgs1, pemphigus superficiel) et/ou la desmogléine 3 (Dsg3, pemphigus vulgaire), protéines transmembranaires constitutives des desmosomes.
Le rituximab, anticorps monoclonal humanisé chimérique anti-CD20, et le mucophénolate mofétil, épargne cortisonique de première intention, sont tous deux utiliés pour traiter le pemphigus vulgaire, mais leur efficacité n’a jamais été comparée de manière adéquate dans les essais cliniques.

Il s’agit d’un essai international multicentrique de phase 3, en double aveugle et en double placebo. Les patients ont été randomisés dans un rapport 1:1 pour recevoir du rituximab par voie intraveineuse (1 000 mg à J1, 15, 168 et 182 plus un placebo oral deux fois par jour) ou du mycophénolate mofétil par voie orale (deux fois par jour, en commençant à 1 g par jour en doses fractionnées et ajusté à 2 g par jour en doses fractionnées à la semaine 2, plus des perfusions de placebo à J1, 15, 168 et 182) pendant 52 semaines ; les deux groupes ont reçu de la prednisone orale (ou équivalent), qui devait être diminuée et arrêtée à la semaine 24. La randomisation a été stratifiée en fonction de la durée du pemphigus vulgaire (un an ou > un an) et de la région géographique (Amérique du Nord ou reste du monde). Les principaux critères d’éligibilité étaient un âge de 18 à 75 ans et un diagnostic de pemphigus vulgaire actif modéré à sévère selon le score PDAI confirmé par une étude histologique ou avec détection d’anticorps Dsg3 par immunofluorescence indirecte dans les 24 mois qui précèdent, l’administration de glucocorticoïdes (60 à 120 mg par jour) et une attente d’un bénéfice de l’adjonction d’un traitement immunosuppresseur, selon le jugement de l’investigateur (par exemple, sur la base de la résistance de la maladie aux glucocorticoïdes et de la gravité de la maladie). Ont été exclus les patients qui présentent un pemphigus foliacé ou paranéoplasique ou non vulgaire ou qui ont reçu le rituximab ou le mucophénolate mofétil dans les 12 mois avant le début de l’étude. Le critère principal d’évaluation de l’efficacité était la rémission complète durable à la semaine 52.

Parmi les critères secondaires d’efficacité on retrouve, entre autres, la dose cumulative de glucocorticoïdes oraux, le nombre total de poussées de la maladie. Les critères d’évaluation de l’innocuité étaient la fréquence, la nature et la gravité des événements indésirables.

Sur les 135 patients randomisés, 67 ont été affectés au bras rituximab et 68 au bras mycophénolate mofétil. Au total, 66 patients (99 %) dans le groupe rituximab et 58 (85 %) dans le groupe mycophénolate mofétil ont terminé la période de traitement de 52 semaines. Une rémission complète durable à la semaine 52 a été observée chez 25 des 62 patients (40 %) dans le groupe rituximab et chez 6 des 63 (10 %) dans le groupe micophénolate mofétil (p < 0,001). Au niveau des critères secondaires, la dose cumulée moyenne de glucocorticoïdes oraux sur la période de traitement de 52 semaines était de 3 545 mg dans le groupe rituximab et de 5 140 mg dans le groupe mycophénolate mofétil (p < 0,001). Cinq patients (8 %) dans le groupe rituximab ont eu au moins une poussée de la maladie au cours de la période de traitement, contre 26 patients (41 %) dans le groupe mycophénolate mofétil (p < 0,001). Concernant les critères d’évaluation de l’innocuité, des événements indésirables graves sont survenus chez 15 patients (22 %) dans le groupe rituximab et chez 10 (15 %) dans le groupe mycophénolate mofétil.

En conclusion, les résultats de cet essai ont montré que le rituximab était supérieur au mycophénolate mofétil pour produire une rémission complète durable sur 52 semaines chez les patients atteints de pemphigus vulgaire modéré à sévère. Le rituximab a permis une diminution plus importante des doses de glucocorticoïdes adminsitrées que le mycophénolate mofétil, mais plus de patients dans ce groupe ont eu des événements indésirables graves.

D’autres essais sont nécessaires pour déterminer l’efficacité et l’innocuité comparatives de ces médicaments au-delà de 52 semaines de traitement.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...