Santé bucco-dentaire : l’OMS appelle à favoriser la prévention

  • Publié le .
Information dentaire

Dans une résolution adoptée le 21 janvier, l’Organisation mondiale de la santé « invite instamment » ses états membres « à réorienter l’approche curative traditionnelle (…) et à s’orienter vers une approche favorisant la prévention et permettant de repérer les risques pour prodiguer des soins complets et inclusifs en temps utile, en tenant compte de tous les acteurs qui contribuent à l’amélioration de la santé bucco-dentaire de la population, en ayant un impact positif sur la santé en général ».

En fonction de leur situation nationale, ils sont priés « de favoriser l’intégration de la santé bucco-dentaire » dans leurs politiques de santé, d’élaborer des « systèmes de surveillance et de suivi de la santé bucco-dentaires », de « cartographier et suivre la concentration de fluor dans l’eau potable », ou encore de mettre en place des campagnes de sensibilisation.

L’OMS appelle plus généralement à considérer la santé bucco-dentaire comme faisant « partie intégrante » de la santé en général, à la promouvoir dans les établissements scolaires et les lieux de travail, « afin de promouvoir les habitudes et les modes de vie sains, avec la participation des enseignants et des familles » mais aussi à « renforcer les capacités des professionnels de la santé bucco-dentaire à détecter les cas potentiels de défaut de soins et de maltraitance, et à leur fournir des moyens appropriés et efficaces de signaler ces cas à l’autorité compétente, selon le contexte national ».

Le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié cette résolution, votée à une large majorité, d’« historique ». L’organisation doit présenter d’ici à 2023, une stratégie mondiale sur la lutte contre les affections bucco-dentaires assorti « d’objectifs mesurables clairs » à atteindre d’ici à 2030.

Etroitement liées aux maladies non transmissibles, les affections bucco-dentaires (caries, parodontopathies, cancers de la bouche,…) concernent plus 3,5 milliards de personnes dans le monde, rappelle l’organisation. Elles engendrent des coûts directs et indirects de près 545 milliards de dollars « faisant de la mauvaise santé bucco-dentaire l’un des problèmes de santé les plus coûteux, avec le diabète et les maladies cardiovasculaires ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : les préconisations strictes de l’Inserm contre ce « fardeau » français

L’alcool est une drogue, une molécule cancérigène et toxique pour de nombreux organes, souligne l’Inserm. En France, des niveaux élevés...
Santé publique

Alcool : les préconisations fortes de l’Inserm pour déposer ce « fardeau » français

Taxer plus le vin, interdire la publicité de l’alcool sur internet, mieux limiter l’accès aux mineurs, renforcer les avertissements sanitaires,…...
Santé publique

Troubles des conduites alimentaires : les chirurgiens-dentistes en première ligne

« Les troubles des conduites alimentaires (TCA) concernent près d’un million de personnes en France, mais plus de la moitié d’entre...
Santé publique

Crise sanitaire : les délivrances d’antidiabétiques et d’antidépresseurs en hausse depuis le début de l’année

Au cours des quatre premiers mois de l’année 2021, le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare, constitué par l’Agence du médicament et...
Santé publique

Tabac : la baisse de la consommation marque le pas en 2020

D’après les résultats du Baromètre de Santé publique France (SPF), publiés dans le BEH le 26 mai à l’occasion de...
Santé publique

Travailler plus de 55 heures par semaine entraîne un surrisque de mourir d’une cardiopathie

« Le fait de travailler 55 heures ou plus par semaine est associé à une hausse estimée de 35 % du...