Sauf preuve du contraire, c’est un cancer

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 18 mai 2022 (page 4)
Information dentaire
Article analysé : • Cabral Ramos et al. Oral squamous cell carcinoma around dental implants: a systematic review. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2021 ; 131 (6) : 660-74.

Le carcinome épidermoïde (CE) représente la majorité des sous-types histologiques des cancers de la cavité buccale et possède un mauvais pronostic. La similitude entre le CE, qui peut revêtir différentes formes cliniques, et les lésions bénignes dans les régions péri-implantaires peut être un facteur confondant majeur pour le clinicien. Le but de cette revue systématique est de caractériser le profil épidémiologique, de dépister les facteurs de risque possiblement impliqués et d’évaluer les caractéristiques cliniques du CE oral autour des implants dentaires.

Les critères d’inclusion sont basés sur l’approche PECOS avec : P les patients atteints d’un CE autour d’implants dentaires ; E autour des implants dentaires ; C les patients atteints d’un CE sans implant dentaire ; O épidémiologie et carcinogenèse ; S rapport de cas, série de cas, étude rétro­spective sans restriction de langue ou de temps. Ont été exclus les rapports de cas et les études rétrospectives avec des patients atteints de tumeurs bénignes, de métastases ou autres néoplasies que le CE et les patients sans implant dentaire atteints de CE, les revues, lettres à éditeur, opinions d’expert, chapitres d’ouvrage, conférences, résumés, posters, brevets et études cliniques. L’identification des articles a été réalisée sur Embase, Scopus et PubMed avec comme MeSH term (« Squamous cell carcinomas » OR « mouth neoplasms ») AND (« dental implant » OR « peri-implantitis »).

Trente-trois études, dont 31 rapports de cas et 2 études rétrospectives, ont été incluses. Au total, l’échantillon est composé de 63 patients, avec une majorité de femmes (55,5 %), et d’âge moyen 66,7 ans. Cinquante-six cas de CE oral autour des implants dentaires étaient situés à la mandibule (88,8 %), 7 cas au maxillaire (7,9 %) et 2 sur le bord latéral de la langue en contact avec des implants posés à la mandibule…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...