Sialopathies obstructives de la glande submandibulaire: proposition de classification

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 22 septembre 2021
Information dentaire
Article analysé : Koch M, Zenk J, Iro H. Stenosis and stenosis-like lesions in the submandibular duct : Detailed clinical and sialendoscopy-based analysis and proposal for a classification. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2020 ; 130 (5) : 486-95.

Koch et al. présentent une étude rétrospective monocentrique incluant 314 patients atteints d’une sialopathie obstructive de la glande submandibulaire, de 2001 à 2019, avec un total de 370 sténoses du canal submandibulaire.

Le but de l’étude est de proposer une classification à partir d’une analyse détaillée des dossiers de patients (nombre, type de sténose/localisation/longueur et grade évalués cliniquement par échographie et sialendoscopie) et en tenant compte des facteurs associés afin de mieux comprendre leur pathogenèse et d’améliorer leur prise en charge.

Le type de sténose a été défini en analysant les tissus dans la zone de sténose. Le type 1 (11,35 % des cas) correspond à une sténose à caractère inflammatoire, le type 2 (59,72 %) à une fibrose et le type 3 (28,02 %) à un rétrécissement ou une variation anatomique du canal submandibulaire lorsque les tissus ne montraient pas de prédominance inflammatoire ou fibreuse. Toutes les pathologies, état du patient ou causes avec un impact potentiel sur le développement des sténoses, ont été notées : sialadénite chronique, sialolithiase, cause post-traumatique, pathologies auto-immunes avec un impact direct sur le canal submandibulaire, antécédent de traitement par radiothérapie.

Sur les 314 patients étaient retrouvés des allergies (27,38 %), de l’asthme (2,55 %), des pathologies auto-immunes (maladies associées à l’immunoglobuline G4, syndrome de Gougerot-Sjögren, polyarthrite rhumatoïde, maladie d’Hashimoto, vascularite temporale, protéinose lipoïde, granulomatose de Wegener) (5,41 %).

« Les principales causes des sténoses du canal submandibulaire sont la sialadénite chronique, une cause traumatique, une pathologie auto-immune, une sialolithiase ou la radiothérapie »

Les sialolithiases sont présentes dans 24,52 % des cas, mais ne sont pas identifiées pour la totalité comme étant responsables des sténoses.
Les causes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...