Survie des dents traitées endodontiquement

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Les données de survie après traitement radiculaire issues de revues systématiques et d’études récentes conduites à Taiwan, en Allemagne, en Angleterre ou au Pays de Galles, rapportent des taux de 72 à 94,4 % de 2 à 10 ans. Il est possible que les systèmes de remboursement et les données culturelles influencent la décision de traiter endodontiquement ou d’extraire les dents affectées, ce qui pourrait influencer la survie par d’autres facteurs que les facteurs cliniques.
La présente étude s’appuie sur les données de 2009 de la Sécurité sociale suédoise à laquelle est affilié l’ensemble de la population de ce pays. Les données ont été analysées avec la méthode de Kaplan-Meier pour obtenir une estimation de survie à 5-6 ans. Les résultats indiquent que, dans l’année considérée, 248 299 dents ont été traitées. L’âge moyen des patients était de 55 ans (de 20 à 102 ans). Les dents les plus fréquemment traitées étaient les premières molaires maxillaires et mandibulaires. A 5-6 ans, 25 228 (10,2 %) des dents ont été extraites, donc 89,8 % étaient encore en place. La survie était plus élevée pour le groupe le plus jeune (93,2 % chez les 20-29 ans). Les prémolaires mandibulaires avaient le taux de survie le plus élevé (93,0 %) et les molaires mandibulaires le plus faible (87,5 %).
Les dents restaurées dans les six mois par une technique indirecte (restauration réalisée au laboratoire) présentaient le meilleur taux de survie (93,1 %), suivies par celles restaurées par une technique directe (89,6 %), alors que les dents non restaurées coronairement dans les six mois montraient la plus faible survie (85,8 %).

En conclusion, les dents traitées endodontiquement par les praticiens généralistes de la Suède montrent un taux de survie à 5-6 ans d’environ 90 %. La réalisation dans les six mois d’une restauration coronaire et son type influent sur la survie.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...