Tiers payants ACS, les professionnels de santé demandent un report

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Les médecins comme les chirurgiens-dentistes, par le biais de la CNSD, demandent au gouvernement un report de l’obligation faite aux professionnels de santé d’appliquer le tiers payant aux bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé (ACS) le 1er juillet prochain. « Le dispositif en l’état actuel est inapplicable. Nous demandons un report de sa mise en place de trois ou peut-être six mois, quand le dispositif sera effectif », a indiqué le 18 juin Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, l’un des principaux syndicats de médecins, pourtant favorable au tiers payant social. S’il n’est pas contre cette mesure « il faut d’abord régler les problèmes techniques », estime-t-il.
L’ACS s’adresse aux personnes dont les ressources dépassent de moins de 35 % le plafond d’attribution de la CMU-C. Fin 2014, 1,2 million de personnes pouvaient en bénéficier. Les assurés concernés devront obligatoirement choisir à partir du 1er juillet entre dix contrats retenus par l’État à l’issue d’un appel d’offres et dont la liste a été publiée en avril (Journal officiel du 11 avril). Or, pour souscrire un nouveau contrat, « il faut d’abord que le patient ait résilié le contrat avec sa complémentaire précédente, et souvent on ne peut pas le résilier avant la fin de l’année », souligne Jean-Paul Ortiz. « La montée en charge pourrait ainsi durer une année, évalue la CNSD dans un communiqué du 22 juin. Or, pour tous les anciens contrats, il n’y a pas de tiers payant intégral, ni de tiers payant sur la part obligatoire chez tous les professionnels de santé non médecins. »
Quid aussi des patients qui n’auront pas signé de contrat avec une complémentaire, mais réclameront tout de même leurs droits ? Quid également de ceux qui n’auront pas mis à jour leur carte Vitale ? Sans compter que les logiciels professionnels ne seront pas tous à jour. « Pour les soins prothétiques et orthodontiques, il existe trois niveaux de garantie possibles (125 %, 225 % et 300 %). Ces garanties seront dans la plupart des cas insuffisantes pour couvrir les honoraires demandés, constate la CNSD. Ce seront donc des restes à charge importants que les patients devront assumer, qu’ils découvriront, parfois avec surprise, au moment de l’établissement du devis. » En clair, les professionnels de santé vont devoir gérer non seulement des problèmes techniques, mais aussi l’énervement, voire la colère de patients à qui l’on a pourtant dit que tout serait pris en charge dès le 1er juillet ce qui ne sera pas le cas.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Soins écoresponsables : une webconférence pour partager les expériences

La direction générale de l’offre de soins (DGOS – ministère de la Santé), l’assurance maladie et l’Agence nationale de la...
Vie du cabinet

Formalités administratives de l’entreprise : une aide en ligne

Depuis le 16 octobre 2023 toutes les entreprises, quelle que soit leur forme juridique (entreprise individuelle, société et micro-entreprise), ou leur...
Vie du cabinet

Transition écologique en santé : un questionnaire de l’UNPS

L’Union nationale des professionnels de santé (UNPS), qui regroupe 23 syndicats de professionnels de santé, dont la FSDL et Les...
Vie du cabinet

Le dialogue social toujours en panne dans les TPE

En 2022, 81 % des très petites entreprises (TPE) employant 2 à 9 salariés (tous secteurs) déclarent avoir pris des dispositions...
Vie du cabinet

Elections professionnelles dans les TPE : mise à jour des listes électorales

Les salariés des cabinets dentaires comme tous ceux des très petites entreprises (TPE) de moins de 11 salariés sont appelés...
Vie du cabinet

Faible dialogue social dans les TPE

En 2022, 81 % des très petites entreprises (TPE) employant 2 à 9 salariés (tous secteurs) déclarent avoir pris des...