Tomographie par cohérence optique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Parmi les diverses techniques d’imagerie, la tomographie par cohérence optique est maintenant commercialement disponible et est considérée comme la technique la plus innovante en ophtalmologie. Elle est aussi utilisée dans d’autres domaines cliniques tels que la dermatologie, la gastro-entérologie, la cardiologie, la gynécologie, l’oncologie et la dentisterie, ainsi que dans d’autres secteurs non médicaux tels que la peinture et l’évaluation de la porosité d’un matériau. En dentisterie, des études ont été menées depuis 1998 pour évaluer les caries précoces et les cancers buccaux. Certaines ont porté sur les structures parodontales, en tant que potentiel outil diagnostique.
Il existe plusieurs types de tomographie par cohérence optique. Celui utilisé dans la présente étude est fondé sur l’application des transformations de Fourier. Deux longueurs d’onde ont été utilisées : 930-nm et 1 325-nm. L’étude portait sur l’application de cette technique d’imagerie aux tissus parodontaux, sur des mâchoires de porc fraîchement extraites.
L’analyse d’image a permis d’identifier la gencive libre et la gencive attachée, les dépôts de tartre à la surface des dents, y compris sous-gingivaux. De plus, l’épaisseur de la gencive et la profondeur sulculaire, de 0,8 à 4 mm, ont pu être mesurées de façon non invasive.
Les auteurs indiquent que le système opérant à 1 325-nm montrait une meilleure performance, avec une meilleure pénétration en profondeur.

La capacité de mesurer l’épaisseur gingivale pourrait être mise à profit chez l’homme, afin d’établir un standard quantitatif pour ce paramètre du phénotype. Ce type d’examen se heurte cependant à des difficultés pour être largement utilisé, comme la nécessité d’un grand nombre d’images pour une seule lésion ou l’absence d’une pièce à main peu coûteuse et peu encombrante pour tester les dents postérieures. Des développements technologiques sont encore nécessaires.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...