Une étude rassure sur la sécurité des vaccins à ARNm face aux risques cardiovasculaires chez les adultes

  • Publié le .
Information dentaire

Les vaccins à ARNm sont sûrs vis-à-vis du risque d’évènement cardiovasculaire grave chez les adultes de moins de 75 ans, conclut une étude menée par Epi-Phare, un groupement d’intérêt scientifique constitué par l’Agence du médicament (ANSM) et la CNAM et publiée le 18 janvier. En revanche, les vaccins à adénovirus « apparaissent associés à une légère augmentation du risque d’infarctus du myocarde et d’embolie pulmonaire chez les adultes, dans les deux semaines suivant l’injection ».

Sur une période de 6 mois (juillet à décembre 2021) les chercheurs ont étudié les cas d’adultes vaccinés ou non de 18 à 74 ans admis à l’hôpital en France pour un infarctus du myocarde (38 054 cas), un AVC ischémique (27 626) ou hémorragique (10 040), ou une embolie pulmonaire (8 232). Au mois de juillet 2021 déjà 67 % de la population française avait reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19.

Les chercheurs ont calculé l’incidence relative de chaque évènement cardiovasculaire dans les trois semaines suivant l’injection de la première et la deuxième dose. Les résultats corroborent ceux d’autres études internationales : ils « ne mettent pas en évidence de risque augmenté d’infarctus aigu du myocarde, d’AVC ou d’embolie pulmonaire au cours des trois semaines suivant la première ou la deuxième dose des vaccins à ARNm (Comirnaty et Spikevax) » L’incidence est, a contrario, légèrement augmentée au cours de la deuxième semaine suivant l’injection de vaccins à adénovirus (Vaxzevria, Janssen).

« Ces résultats confirment la sécurité des vaccins à base d’ARNm vis-à-vis du risque d’évènements cardiovasculaires graves étudies chez les adultes de moins de 75 ans ». Mais le bénéfice de la vaccination quel que soit le vaccin reste entier puisque, rappelle l’ANSM, « le COVID-19 lui-même s’est avéré fortement associé aux complications cardiovasculaires ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

COVID-19

« La pandémie n’est pas finie », prévient l’Académie nationale de médecine

« La pandémie n’est pas finie », s’alarme l’Académie nationale de médecine pour qui l’allègement des mesures contre la Covid-19 est « prématuré »....
COVID-19

Covid-19 : un chirurgien-dentiste ne peut pas refuser de soigner un patient non vacciné, sans passe vaccinal ou sans test négatif

« Contrairement à ce qu’elle prévoit pour les établissements de santé, la loi ne subordonne pas l’accès du cabinet dentaire à...
COVID-19

L’OMS s’inquiète des conséquences de l’accumulation des déchets médicaux liés à la Covid-19

Alertes aux déchets médicaux. Dans un rapport publié le 1er février l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète des dizaines...
COVID-19

Covid-19 : les dentistes peuvent vacciner les moins de 12 ans

Un arrêté paru au Journal Officiel du 27 janvier autorise les chirurgiens-dentistes à administrer les vaccins contre le Covid-19 aux...
COVID-19

Covid-19 : l’Académie de médecine pousse le gouvernement à « franchir le pas » de l’obligation vaccinale

« La doctrine du passe vaccinal doit être clairement exposée et sincèrement défendue comme une obligation vaccinale, non déguisée, au même...