Vaccination anti-Covid : l’Ordre demande à nouveau à ce que la profession y participe

  • Publié le .
Information dentaire

L’Ordre des chirurgiens-dentistes réaffirme, le 4 février dans un communiqué, « la volonté de la profession de participer à l’effort collectif de vaccination massif et demande à son ministère de tutelle d’agir en conséquence pour étendre la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes afin de leur permettre de vacciner dans le strict cadre COVID-19 ».

Rembobinons. Le 2 février, la Haute autorité de santé (HAS), a autorisé l’utilisation du vaccin contre la Covid-19 du laboratoire AstraZeneca chez les professionnels de santé et les personnes de 50 à 64 ans. Ce vaccin se conserve au réfrigérateur, 48h après la première injection prélevée et jusqu’à 6 mois avant ouverture du flacon. Cette facilité de stockage et de conservation rend son utilisation possible en ambulatoire (hors des centres de vaccination dédiés).

C’est pourquoi la HAS, « pour simplifier le plus possible l’accès à la vaccination », « diversifier le profil des vaccinateurs, augmenter leur nombre et multiplier les lieux de vaccination », s’est prononcée en faveur d’un élargissement des compétences vaccinales aux sages-femmes et aux pharmaciens « déjà formés à la vaccination et ayant déclaré une activité de vaccination (dans le cadre de la grippe notamment) ». Ils pourront prescrire et administrer ce vaccin.

Pharmaciens, sages-femmes, mais pas chirurgiens-dentistes. Or, estime l’Ordre, ces derniers, « en leur qualité de professionnels de santé, ont toute leur place dans ce dispositif, de par leurs compétences et leur formation ». L’instance avait déjà demandé la participation des confrères à la mi-janvier réclamant un élargissement des leurs compétences. Car si selon un décret du 16 octobre 2020 « tout professionnel de santé, exerçant ses fonctions à titre libéral ou non, ou tout étudiant en santé, peut participer à la campagne vaccinale dans la limite de ses compétences en matière de vaccination », les chirurgiens-dentistes ne sont pas habilités à poser l’indication de la vaccination et n’ont pas la responsabilité de la surveillance post-injection (risque anaphylactique).

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

COVID-19

Covid-19 : la vaccination est efficace à plus de 90 % pour réduire les formes graves chez les plus de 50 ans

« La vaccination est efficace à plus de 90 % pour réduire les formes graves de Covid-19 chez les personnes de...
COVID-19

Covid-19 : la HAS recommande une dose de rappel à six mois pour les professionnels de santé

La Haute autorité de santé (HAS) recommande aux professionnels de santé l’administration d’une dose de rappel six mois minimum après...
COVID-19

Vacciner au cabinet

Si les chirurgiens-dentistes font évidemment partie des professionnels de santé aptes à vacciner contre la Covid-19, ils ne pouvaient le faire...
COVID-19

Obligation vaccinale au 15 septembre : au moins une dose sinon rien

Dans les cabinets dentaires, à compter du 15 septembre et jusqu’au 15 octobre inclus, seules sont autorisées à exercer leurs...
COVID-19

Covid-19 : guide soignant, version 3

L’Ordre des chirurgiens-dentistes a publié le 23 juillet, la version 3 des « Recommandations d’experts pour la prise en charge des patients nécessitant...
COVID-19

Covid-19 : le monde de la santé favorable à l’obligation vaccinale pour ses professionnels

Face à la progression rapide du variant Delta (près de 50 % des cas détectés en France) et alors que...