Vaccination anti-Covid : l’Ordre demande à nouveau à ce que la profession y participe

  • Publié le .
Information dentaire

L’Ordre des chirurgiens-dentistes réaffirme, le 4 février dans un communiqué, « la volonté de la profession de participer à l’effort collectif de vaccination massif et demande à son ministère de tutelle d’agir en conséquence pour étendre la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes afin de leur permettre de vacciner dans le strict cadre COVID-19 ».

Rembobinons. Le 2 février, la Haute autorité de santé (HAS), a autorisé l’utilisation du vaccin contre la Covid-19 du laboratoire AstraZeneca chez les professionnels de santé et les personnes de 50 à 64 ans. Ce vaccin se conserve au réfrigérateur, 48h après la première injection prélevée et jusqu’à 6 mois avant ouverture du flacon. Cette facilité de stockage et de conservation rend son utilisation possible en ambulatoire (hors des centres de vaccination dédiés).

C’est pourquoi la HAS, « pour simplifier le plus possible l’accès à la vaccination », « diversifier le profil des vaccinateurs, augmenter leur nombre et multiplier les lieux de vaccination », s’est prononcée en faveur d’un élargissement des compétences vaccinales aux sages-femmes et aux pharmaciens « déjà formés à la vaccination et ayant déclaré une activité de vaccination (dans le cadre de la grippe notamment) ». Ils pourront prescrire et administrer ce vaccin.

Pharmaciens, sages-femmes, mais pas chirurgiens-dentistes. Or, estime l’Ordre, ces derniers, « en leur qualité de professionnels de santé, ont toute leur place dans ce dispositif, de par leurs compétences et leur formation ». L’instance avait déjà demandé la participation des confrères à la mi-janvier réclamant un élargissement des leurs compétences. Car si selon un décret du 16 octobre 2020 « tout professionnel de santé, exerçant ses fonctions à titre libéral ou non, ou tout étudiant en santé, peut participer à la campagne vaccinale dans la limite de ses compétences en matière de vaccination », les chirurgiens-dentistes ne sont pas habilités à poser l’indication de la vaccination et n’ont pas la responsabilité de la surveillance post-injection (risque anaphylactique).

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

COVID-19

Covid-19 : enquête de séroprévalence chez les chirurgiens-dentistes

Le réseau ReCOL (Recherche Clinique en Odontologie Libérale) vous invite à participer à l’étude « COVID-SéroPRIM », pilotée par l’INSERM...
COVID-19

Covid-19 : lors du 1er confinement, dentistes et assistants n’ont pas été plus exposés que les Français en général

Lors du premier confinement, pour évaluer l’impact de la pandémie au sein de la profession dentaire, une enquête en ligne...
COVID-19

Covid-19 : les chirurgiens-dentistes sont autorisés à vacciner

Un décret publié au Journal officiel du 27 mars entérine la possibilité offerte aux chirurgiens-dentistes de prescrire et d’administrer les...
COVID-19

Covid-19 : malgré la pandémie, les Français maintiennent leurs habitudes d’hygiène bucco-dentaire selon un sondage

Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la santé bucco-dentaire de la population mondiale est qualifiée de...
COVID-19

Covid-19 : la FDI déplore les conséquences « catastrophiques » du virus sur la santé bucco-dentaire

Un « désastre ». C’est ainsi que la FDI qualifie les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la santé...
COVID-19

Covid-19 et traitement de l’air : rien ne vaut l’aération naturelle d’autant que certains appareils s’avèrent inefficaces

Le Réseau de prévention des infections associées aux soins (Repias), institution publique, et SF2H une société œuvrant dans le domaine...