Vers une carte professionnelle européenne.

  • Publié le .
Information dentaire

En toilettant la directive européenne sur les qualifications professionnelles (2005/36/CE), le Parlement européen a adopté, le 9 octobre, de nouvelles mesures favorisant la mobilité professionnelle des ressortissants de l’Union, et, notamment, des professionnels de santé dont le diplôme fait l’objet d’une reconnaissance automatique mutuelle entre États membres : chirurgiens-dentistes, médecins, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes, vétérinaires.

La principale innovation introduite dans la directive est la création d’une carte professionnelle électronique.

Objectif : simplifier l’installation, ou l’activité ponctuelle des professionnels de santé dans un autre pays de l’Union.

Après que chaque État membre aura approuvé ce texte (plusieurs mois), un professionnel désirant s’expatrier en fera la demande auprès des autorités de son pays d’origine. Celui-ci aura la charge de préparer le dossier de son ressortissant et de faire une demande auprès du pays d’accueil qui restera libre ou non de délivrer la carte professionnelle européenne. Comme le précise le texte, cette carte « ne confère pas un droit automatique à l’exercice d’une profession donnée si des exigences en matière d’enregistrement ou d’autres procédures de contrôle sont déjà en place dans l’État membre d’accueil ». Chaque état garde donc une certaine autonomie.

Cette procédure repose sur l’IMI, le système d’Information sur le Marché Intérieur. Un outil informatique multilingue utilisable en ligne qui facilite la coopération et les échanges d’informations entre les administrations des différents pays européens. Il propose aux administrations de santé de vérifier auprès des autorités du pays d’origine les qualifications et les compétences des professionnels de santé. Diplôme fourni dans la langue d’origine, doute sur la traduction d’une qualification, existence de sanctions disciplinaires ou pénales, demande de précisions sur l’expérience acquise… En principe, informé sous trois jours, le pays d’accueil pourra empêcher un professionnel de s’installer en cas de doute.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Faible dialogue social dans les TPE

En 2022, 81 % des très petites entreprises (TPE) employant 2 à 9 salariés (tous secteurs) déclarent avoir pris des...
Vie du cabinet

Salariés des cabinets dentaires : une prime d’ancienneté plus précoce et plus progressive

« Pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés, continuer à valoriser leur fidélité à l’entreprise, et simplifier l’application de la prime...
Vie du cabinet

Les TPE fans de la PPV

En 2023, les entreprises ont versé 5,32 milliards d’euros via la Prime partage de la valeur (PPV, dite « prime Macron »), indiquent...
Vie du cabinet

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais forte source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...
Vie du cabinet

Des outils pour évaluer les risques professionnels dans les cabinets dentaires

Aménager les postes de travail, limiter la transmission des agents infectieux, prévenir les risques de chute, limiter les risques d’exposition...
Vie du cabinet

L’amortisseur électricité reconduit pour les TPE

Pour limiter les conséquences de l’augmentation des prix sur leur facture d’électricité pour l’ensemble de l’année 2024 (du 1er janvier...