Vers une extension des vaccins obligatoires pour les professionnels de santé ?

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°23 - 12 juin 2019
Information dentaire

L’absence de vaccination des professionnels de santé est responsable d’infections nosocomiales parfois graves (coqueluche, rougeole, grippe saisonnière…) lorsqu’elles surviennent chez les sujets physiologiquement (nourrissons, personnes âgées) ou pathologiquement immunodéprimés, ou atteints de certaines maladies chroniques », s’alarme l’Académie de pharmacie dans un rapport rendu public le 3 juin.

« Compte tenu des risques élevés d’exposition pour le professionnel, du risque de transmission aux patients et de l’existence de vaccins efficaces et bien tolérés », dont le rapport bénéfices/risques est positif, l’institution préconise l’extension de l’obligation vaccinale à « tous les professionnels de santé » libéraux et médico-sociaux, contre la rougeole, la coqueluche, la varicelle et la grippe saisonnière.

Si, selon les académiciens, les professionnels de santé sont globalement bien couverts par les vaccinations obligatoires (DTP, hépatite B), avec des taux « se situant toujours au-dessus de 90 % », leur couverture vaccinale pour les vaccinations simplement « recommandées » serait très insuffisante : inférieure à 50 % pour les deux doses de rougeole, inférieure à 45 % pour le rappel coqueluche de l’adolescence, inférieure à 30 % pour la varicelle et « limitée et très variable selon les professions » pour la grippe saisonnière (46 % de vaccinés lors de l’hiver 2016-2017).

Le rapport souligne que des « doutes à l’égard de la sécurité, de l’efficacité et de l’utilité de certains vaccins atteignent une partie non négligeable des professionnels de santé ». Il devient donc important de « mettre en place ou de renforcer » la formation initiale et la formation continue en vaccinologie dans toutes les formations médicales et paramédicales et « de donner aux professionnels de santé une information claire et rigoureuse ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : testez-vous avec l’alcoomètre

En plus d’une campagne de communication jusqu’au 28 novembre, l’Assurance maladie lance « l’alcoomètre », un site internet qui permet de renseigner sa consommation d’alcool,...
Santé publique

Protoxyde d’azote : les intoxications en forte hausse

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte sur « très nette augmentation des cas d’intoxication » au protoxyde d’azote en 2020. Et...
Santé publique

Plus de 3,5 millions de diabétiques en France

En France en 2020, plus de 3,5 millions de personnes sont traitées par médicament pour un diabète, soit 5,3 % de la population, indique...
Santé publique

Le bruit au cabinet dentaire : enquête auprès des assistantes

Dans le cadre d’une thèse universitaire, l’Unité d’investigation clinique d’odontologie du CHU de Nantes et l’UFSBD lancent une enquête auprès des assistant(e)s dentaires...
Santé publique

Antibiotiques : les pouvoirs publics appellent à poursuivre la baisse de consommation « inédite » constatée en 2020

A l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs publics (gouvernement, ministère de la...
Santé publique

Dénutrition : surveiller l’état bucco-dentaire, les capacités de mastication et de déglutition

Maladie silencieuse, la dénutrition concerne tous les âges et peut entraîner une diminution de l’immunité, un affaiblissement physique, une baisse...