Vers une « génération sans tabac » en 2032

  • Publié le .
Information dentaire

Après la « génération sans carie » évoquée dans la convention dentaire, voici la « génération sans tabac ». Le nouveau « Programme national de lutte contre le tabagisme » pour la période 2023-2027 présenté le 28 novembre par le ministre de la santé, Aurélien Rousseau a, en effet, pour objectif, de bâtir « la première génération sans tabac » à l’horizon 2032.

Pour prévenir l’entrée dans le tabagisme, en particulier chez les jeunes, il est principalement prévu d’augmenter régulièrement le prix du tabac pour arriver à un paquet à 13 euros en 2027, d’interdire les cigarettes électroniques jetables, dites « Puffs », très en vogue chez les plus jeunes ou encore d’instaurer le paquet neutre pour tous les produits du tabac et du vapotage.

Pour lutter contre le tabagisme passif de nouveaux lieux seront interdits aux fumeurs : plages, parcs publics, forêts, abords extérieurs de certains lieux publics à usage collectif comme les établissements scolaires et les « lieux de santé » (hôpitaux, campus des écoles).

Pour accompagner les fumeurs vers l’arrêt du tabac, le gouvernement entend, notamment, renforcer l’accessibilité des traitements de substitution nicotinique en expérimentant leur accès direct auprès du pharmacien (sur prescription de celui-ci donc) et en ouvrant leur prescription à distance par les professionnels de santé du dispositif « Tabac Info Service ».

La France doit également « poursuivre son engagement de lutter contre l’influence des industriels du tabac dans la politique de lutte contre le tabac », renforcer la lutte contre le marché parallèle du tabac et agir au niveau de l’Union Européenne « pour mieux harmoniser la politique fiscale et réduire les écarts de prix ».

Alors que notre pays compte encore 12 millions de fumeurs quotidiens, le tabac reste la première cause de mortalité évitable (75 000 décès par an, soit 1 décès sur 8), la première cause de mortalité précoce et la première cause de mortalité par cancer et par maladies cardiovasculaires. Son coût social annuel est de plus de 150 milliards d’euros.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...
Santé publique

L’EFP cible la « gen Z »

La « Journée européenne de la santé gingivale », organisée le 12 mai dernier par la Fédération européenne de parodontologie (EFP), a particulièrement ciblé la...
Santé publique

Éduquer à la prévention en santé

Dans un rapport publié fin mars, l’Académie nationale de médecine, face « aux valeurs médiocres de certains indicateurs comme l’espérance de...
Santé publique

Alcool, cigarette électronique, cannabis : les ados en danger selon l’OMS/Europe

L’alcool est la substance psychoactive la plus couramment consommée par les adolescents (10-20 ans), tandis que les cigarettes électroniques sont...