20 ans de prothèse maxillofaciale

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 septembre 2019 (page 299-307)
Information dentaire
Quel est l’intérêt des lambeaux microanastomosés dans les réhabilitations endobuccales ?
Quel est l’apport des implants extraoraux pour les réhabilitations extrabuccales ?
Quel a été l’apport du numérique pour la chirurgie et la PMF ?
Quelles sont les perspectives d’avenir ?

Si la prothèse maxillo-faciale a fortement évolué dans les années 1915-1920, lors de la Première Guerre mondiale, avec le nombre important de blessés de la face et ensuite lors de la révolution industrielle, à partir des années 1950, avec l’emploi des résines de méthacrylate de méthyle et des silicones, elle connaît depuis une vingtaine d’années une autre période de son évolution, avec l’introduction de l’implantologie et de l’informatique.

Ces différentes périodes ont vu parallèlement une évolution des techniques de la chirurgie maxillo-faciale retentissant sur l’activité de la prothèse maxillo-faciale, ces deux disciplines étant intimement liées et complémentaires.

Implantologie

Cette technologie est ancienne : on retrouve des descriptions d’implantation de matériau alloplastique dès l’ère précolombienne (implantation d’une pierre noire en place d’une incisive latérale, Peabody Museum de l’Université d’Harvard), puis ponctuellement dans différents ouvrages depuis Ambroise Paré ; mais c’est en 1920, dans le Traité de prothèse Dentaire de Léger-Dorez, qu’une première classification entre implants juxta-osseux et implants endo-osseux est présentée.
Concernant les implants endo-osseux, Léger-Dorez fait référence aux travaux de Delair et Sebileau parus en 1913 sur le comblement des brèches crâniennes par des plaques métalliques enkystées et à l’implant endo-osseux à grille de Greenfield paru en 1911. Concernant la technique des implants endo-osseux, ces précurseurs, ainsi que Formiggini (fig. 1a, b), Dahl, etc. jettent les bases de l’implantologie moderne bien avant Per-Ingvar Brånemark (découvrir l’os a minima lors de la pose, forer à vitesse réduite sans créer d’échauffement).

S’appuyant sur les travaux de ces différents auteurs, Raphaël Cherchève et son frère Michel vont développer, dans les années 1950, l’implant à fût (fig. 2) qu’ils utiliseront…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse amovible

Mesures d’hygiène et prothèses amovibles en résine

La mise en œuvre de moyens d’hygiène adaptés est très importante chez les porteurs de prothèses amovibles pour prévenir les...
Prothèse fixée

20 ans de prothèse fixée traditionnelle

es principes en prothèse fixée ont fortement progressé ces dernières années, sous l’impulsion essentiellement de l’évolution des matériaux, des progrès...
Prothèse amovible

20 ans de prothèse amovible complète au laboratoire

Considéré comme incurable durant des centaines d’années, l’édenté total a fait preuve de patience pour se voir offrir les prémices...
Prothèse amovible

20 ans de prothèse amovible complète : clinique

Notre profession est tributaire du geste. Ce dernier ne peut se soustraire à l’apprentissage. L’enseignement par des « Maîtres » supposés avoir...
Prothèse amovible

20 ans de traitements par prothèse partielle amovible

La prothèse amovible partielle (PAP) est l’expression prothétique la plus ancienne pour pallier les désordres bucco-dentaires causés par l’édentation. On...
Prothèse

Prothèse fixée plurale 2 dents sur un implant avec élément en extension

La réhabilitation d’un édentement antérieur à l’aide d’une prothèse fixée sur implant représente toujours un défi en matière d’intégration esthétique....