À propos d’une lésion maxillaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°44 - 18 décembre 2019
Information dentaire
Une patiente âgée de 67 ans est adressée par son endocrinologue pour recherche de foyers infectieux. Elle a comme antécédent médical un diabète bien équilibré. Récemment, des épisodes infectieux maxillaires ont évolué favorablement sous traitement antibiotique. Elle se présente à la consultation avec un cliché panoramique. On note l’existence d’un bridge antérieur maxillaire. Il existe une voussure vestibulaire antérieure recouverte par une muqueuse normale. Il n’y a pas de mobilité dentaire. Le reste de l’examen de la cavité buccale se révèle normal. On ne retrouve pas d’adénopathie cervicale. Il n’y a pas de notion de mouchage purulent.

1. La panoramique (fig. 1) montre « une image » maxillaire antérieure. Il s’agit :
a. d’une image radioclaire maxillaire
b. d’une image radio-opaque maxillaire
c. d’un polype du sinus maxillaire droit
d. d’une dent incluse

2. Le diagnostic de lésion kystique maxillaire étant posé, un examen tomodensitométrique est réalisé. Il met en évidence un volumineux kyste maxillaire antéro latéral droit (fig. 2 et 3).
Il existe :
a. une dent incluse
b. une lyse du plancher de la fosse nasale droite
c. une extension vers le sinus maxillaire droit
d. une lyse osseuse palatine

3. Votre proposition thérapeutique consiste en :
a. l’énucléation de la lésion kystique avec avulsion de la dent incluse
b. la résection du maxillaire antérieur avec dépose du bridge antérieur
c. une marsupialisation de la lésion kystique
d. l’exérèse de la lésion par voie palatine

Réponses : 1. a, d ; 2. a, b, d ; 3. a

 

Commentaires

L’intervention, réalisée par une voie d’abord vestibulaire, a permis d’énucléer la lésion tout en respectant la muqueuse du plancher de la fosse nasale droite.

Du fait de l’existence d’une « coque osseuse », nous avons évité de cureter le sinus maxillaire droit. La fibromuqueuse palatine a été préservée, évitant la constitution d’une communication bucco-nasale. Le bridge a été conservé.

Une reconstruction maxillaire a été faite par un bloc osseux allogénique, dans le même temps opératoire.

Le site sera réévalué dans 9 mois par un cliché panoramique et par un examen tomodensitométrique éventuel afin de mieux apprécier la reconstruction osseuse.
L’examen anatomopathologique a conclu à un kyste dentigère.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...