À propos d’une lésion maxillaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°44 - 18 décembre 2019
Information dentaire
Une patiente âgée de 67 ans est adressée par son endocrinologue pour recherche de foyers infectieux. Elle a comme antécédent médical un diabète bien équilibré. Récemment, des épisodes infectieux maxillaires ont évolué favorablement sous traitement antibiotique. Elle se présente à la consultation avec un cliché panoramique. On note l’existence d’un bridge antérieur maxillaire. Il existe une voussure vestibulaire antérieure recouverte par une muqueuse normale. Il n’y a pas de mobilité dentaire. Le reste de l’examen de la cavité buccale se révèle normal. On ne retrouve pas d’adénopathie cervicale. Il n’y a pas de notion de mouchage purulent.

1. La panoramique (fig. 1) montre « une image » maxillaire antérieure. Il s’agit :
a. d’une image radioclaire maxillaire
b. d’une image radio-opaque maxillaire
c. d’un polype du sinus maxillaire droit
d. d’une dent incluse

2. Le diagnostic de lésion kystique maxillaire étant posé, un examen tomodensitométrique est réalisé. Il met en évidence un volumineux kyste maxillaire antéro latéral droit (fig. 2 et 3).
Il existe :
a. une dent incluse
b. une lyse du plancher de la fosse nasale droite
c. une extension vers le sinus maxillaire droit
d. une lyse osseuse palatine

3. Votre proposition thérapeutique consiste en :
a. l’énucléation de la lésion kystique avec avulsion de la dent incluse
b. la résection du maxillaire antérieur avec dépose du bridge antérieur
c. une marsupialisation de la lésion kystique
d. l’exérèse de la lésion par voie palatine

Réponses : 1. a, d ; 2. a, b, d ; 3. a

 

Commentaires

L’intervention, réalisée par une voie d’abord vestibulaire, a permis d’énucléer la lésion tout en respectant la muqueuse du plancher de la fosse nasale droite.

Du fait de l’existence d’une « coque osseuse », nous avons évité de cureter le sinus maxillaire droit. La fibromuqueuse palatine a été préservée, évitant la constitution d’une communication bucco-nasale. Le bridge a été conservé.

Une reconstruction maxillaire a été faite par un bloc osseux allogénique, dans le même temps opératoire.

Le site sera réévalué dans 9 mois par un cliché panoramique et par un examen tomodensitométrique éventuel afin de mieux apprécier la reconstruction osseuse.
L’examen anatomopathologique a conclu à un kyste dentigère.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

QCM – Une hyperplasie fibreuse du vestibule inférieur

  Un homme âgé de 72 ans, suivi pour une hypertension artérielle équilibrée, est adressé pour avis. Il présente une...
Médecine

Agir devant une réaction allergique au fauteuil

Environ un quart de la population française présente une allergie. L’incidence de la maladie, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas...
Médecine

Cellules souches, l’origine de la vie

Article analysé Du ZH, Ding C, Zhang Q, Zhang Y, Ge XY, Li SL, Yu GY. Stem cells  from exfoliated  deciduous  teeth alleviate hyposalivation caused...
Médecine

Les probiotiques ont-ils un intérêt dans la santé bucco-dentaire ?

Trouver un équilibre buccal passe à la fois par l’écologie locale et par la bonne santé du patient. Il y...
Médecine

À propos d’une image radio-opaque du maxillaire

1. Quel diagnostic évoquez-vous ? a. Un ostéome b. Un améloblastome c. Un odontome complexe d. Un odontome composé e. Aucune...
Médecine

Un patient perd connaissance au fauteuil…

Comment reconnaître qu’une personne est inconsciente ? Pour reconnaître qu’une personne est inconsciente et respire, il faut réaliser un bilan d’urgence...