Agir devant une réaction allergique au fauteuil

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°40 - 20 novembre 2019 (page 30-33)

1. Exemple d’auto-injecteur d’adrénaline.

Information dentaire

L’herbe, les arbres, la moisissure, les médicaments, le latex, les aliments, les poils des animaux de compagnie, la poussière… nous pouvons devenir allergiques à presque tout ! L’allergie est une réaction excessive du système immunitaire à une substance qui n’est pas considérée comme nocive. L’allergène est attaqué par des anticorps produits par l’organisme, ce qui entraîne des symptômes divers.

Environ un quart de la population française présente une allergie. L’incidence de la maladie, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas en un an pour 100 000 habitants, augmente de 50 % tous les dix ans, ce qui fait des allergies un véritable enjeu de santé publique [1]. D’origines diverses, l’allergie peut engendrer des conséquences bénignes, mais aller jusqu’à des formes graves.

Causes

L’apparition d’une allergie est toujours la conséquence d’une interaction entre une prédisposition héréditaire (atopie) et un environnement (allergènes). Chez les personnes prédisposées génétiquement, les allergènes sont responsables des phénomènes allergiques. Ils peuvent pénétrer par ingestion (allergie alimentaire), par inspiration de l’air (allergie au pollen, aux poils d’animaux…), par piqûre ou par contact épidermique (allergie de contact).

Les allergies alimentaires

Le nombre de personnes touchées par les allergies alimentaires est en constante augmentation (actuellement entre 3 et 10 % de la population). Les réactions allergiques alimentaires peuvent survenir de façon rapide (dans les deux heures suivant l’ingestion) ou de façon tardive (jusqu’à 48 heures après le repas).
Les manifestations sont diverses : urticaire ou eczéma, rhinite allergique ou asthme, œdème de Quincke, choc anaphylactique.
Les principaux responsables d’une allergie alimentaire sont l’arachide, les fruits à coque, les protéines de lait de vache, les fruits de la famille du latex (kiwi, châtaigne, etc.).

Les allergies aux acariens

Les acariens se trouvent principalement dans les matelas, la laine, la plume, les tissus, les moquettes, etc.
L’allergie aux acariens fait suite à l’inhalation des déjections d’acariens contenus dans la poussière domestique. Elle se manifeste souvent par des réactions allergiques respiratoires (rhinite, asthme).

Les allergies aux animaux

• Allergie aux animaux à poils :
– le chat : l’allergène…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...