Aménagement prothétique péri-implantaire de la zone esthétique

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 25 septembre 2019 (page 118-136)
Information dentaire

Par Thierry Degorce, Guillaume Gardon-Mollard

Indépendamment de l’aspect esthétique propre à la restauration céramique,sous la dépendance du talent du céramiste, la spécificité des prothèses implantaires du secteur antérieur tient au développement et à la stabilisation de la zone de transition muqueuse entre l’implant et la couronne, soutenue par le pilier prothétique. Contrairement à la prothèse sur dent naturelle, le site d’émergence de la prothèse implantaire doit être redéfini. Il faudra le faire évoluer de la forme circulaire du diamètre du col implantaire vers la forme anatomique d’une dent naturelle au niveau du collet (fig. 1). Nous insisterons sur le rôle capital de la prothèse transitoire dans cette mise en forme tissulaire. La collaboration avec un laboratoire conscient des impératifs biologiques et des effets est tout aussi essentielle.

Restauration transitoire

Dans le secteur antérieur, la mise en place d’une restauration implanto-portée transitoire est indispensable pour mettre en forme les tissus, développer le profil d’émergence, valider l’intégration esthétique et tester la fonction. Il est donc fortement déconseillé de passer directement des vis de cicatrisation à la restauration définitive [1]. Une quantité suffisante de tissus mous péri-implantaires est un prérequis indispensable.

Principes de réalisation

Après dépose des vis de cicatrisation, une empreinte avec des transferts conventionnels est réalisée (cas clinique 1). Un modèle de travail avec un masque gingival flexible est réalisé. Un wax-up est réalisé sur le modèle. Dans le cas des couronnes transvissées provisoires unitaires, il n’est pas nécessaire de réaliser d’essayage en bouche, les dents adjacentes fournissant suffisamment d’informations. Mais dans le cas d’édentements plus étendus, les wax-up peuvent éventuellement être transformés en maquette pour être essayés en bouche. Pour améliorer le travail du laboratoire dans la fabrication des prothèses implantaires transitoires, le maximum d’informations doit être transmis (arc de transfert du modèle maxillaire, photographies à différentes échelles, dessins, annotations, etc.) afin de renseigner la position des bords libres, la longueur et l’inclinaison des couronnes cliniques des dents naturelles, le soutien de la lèvre, etc.

La mise en forme des tissus mous s’effectue le plus souvent par compression/modelage progressif de la muqueuse s’étendant du col de l’implant jusqu’au collet gingival. Tout au long du processus de cicatrisation et de maturation des tissus mous, il est possible d’apporter des corrections à la forme de la prothèse par adjonction et/ou soustraction de résine ou de matériau composite jusqu’à obtention d’une morphologie identique à celle de la gencive des dents collatérales.

Un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie prothétique

20 ans de réhabilitation complète sur implants : aspects prothétiques

Voici quelques décennies que tout a commencé, par des réhabilitations complètes sur implants, uniquement sur l’arcade mandibulaire opposée à une...
Implantologie Implantologie prothétique

La maintenance personnelle et professionnelle dans la prévention de la péri-implantite

Étiopathogénie et facteurs de risques La péri-implantite est une maladie multifactorielle dont l’étiologie principale est constituée par les bactéries contenues...