Antéposition mandibulaire : une nouvelle approche de la prise en charge des classes II squelettiques hyperdivergentes avec béance antérieure

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 6 avril 2022 (page 22-28)
Information dentaire

La classe II squelettique hyperdivergente avec béance occlusale antérieure est une situation complexe à traiter en orthodontie. Un nouveau concept thérapeutique non chirurgical propose, chez l’adulte, une orthodontie en antéposition mandibulaire guidée par des overlays transitoires collés.

La prise en charge de patients présentant une classe II squelettique hyperdivergente présente certaines caractéristiques qui en font, en orthodontie, l’une des situations les plus difficiles à traiter. Des modifications morphologiques du condyle mandibulaire y sont fréquemment associées. Ces situations sont souvent difficilement gérées par la chirurgie orthognathique [1].

Dans cette situation, il faut veiller particulièrement à ne pas ingresser les molaires, ce qui diminuerait le calage postérieur et pourrait induire une surcharge de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) [2], avec un risque de résorption du condyle pouvant créer une récidive de l’hyperdivergence.

Chez ces patients, le corpus mandibulaire est généralement de taille normale, mais le ramus est court. De plus, il existe souvent une grande différence entre la hauteur verticale antérieure et postérieure (HVP), cette dernière étant beaucoup plus faible (insuffisance verticale postérieure), en raison du ramus court. Cela se traduit par une divergence marquée entre le plan mandibulaire et le plan de Francfort (FMA) [3], un plan occlusal postérieur (POP) [4] nettement incliné et une augmentation de l’étage inférieur de la face. Les dents maxillaires et mandibulaires sont généralement inclinées mésialement, ce qui entraîne des plans d’occlusion maxillaire et mandibulaire divergents et, par conséquent, une béance antérieure. Il est également très fréquent d’observer un remodelage condylien, parfois une résorption condylienne sévère, ce que l’on retrouve dans la littérature sous le nom de résorption condylienne idiopathique (RCI). Selon certains auteurs [5, 6], il s’agirait d’une conséquence d’une surcharge mécanique de l’ATM.

Pour ces situations, l’approche classique proposée est chirurgicale et/ou orthodontique, avec l’idée d’ingresser les molaires ou d’extraire des prémolaires pour diminuer l’ouverture du compas et induire une…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les infraclusions des molaires temporaires et la gestion du volume osseux résiduel

Quand un traitement orthodontique est indiqué dans le cadre de la persistance d’une molaire temporaire, l’orthodontiste doit toujours choisir entre...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des SAHOS chez l’enfant et l’adulte. À propos de deux cas cliniques

Physiopathologie du SAHOS Le SAHOS est décrit, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « par la survenue, pendant le sommeil,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion moderne de l’occlusion

Les évolutions constantes en dentisterie numérique nous ont amenés à adapter une grande partie des fondamentaux de l’occlusion aux nouveaux...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les contributions scientifiques de Rudolf Slavicek

Son histoire De par sa formation médicale (docteur en médecine en 1954 avec un début d’éducation clinique en cardiologie), en...