Apport de l’orthodontie au traitement d’usures érosives antéro-maxillaires liées à un reflux gastro-œsophagien

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2020 (page 56-62)

Fig. 2 - Vue des usures des faces palatines qui concernent principalement 12, 11, 21 et 22. Des points blancs ont été tracés pour mieux visualiser la périphérie du volume des pertes de substance.

Information dentaire
Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une pathologie dont la prévalence globale, indépendamment de la fréquence des symptômes, est estimée, sur un échantillon de 8 000 sujets adultes en France, à 31,3 % [1]. La prévalence du RGO fréquent est de 7,8 %. Au total, on estime qu’environ 3,5 millions de Français adultes souffrent de RGO fréquent.

Le diagnostic n’est pas toujours fait et les patients ne le savent pas toujours. Parfois, des signes associés (toux chronique, laryngite à répétition, asthme) dans le cadre du syndrome extra-œsophagien [2] peuvent nous mettre sur la piste. Notons que cette pathologie est aussi courante chez l’enfant mais méconnue.

Tant chez l’enfant [3] que chez l’adulte, nous savons que cette pathologie est associée à une érosion dentaire [4-5], plus ou moins marquée en fonction de l’ancienneté de la pathologie. En général, ce sont les faces palatines des molaires qui sont atteintes, mais de nombreux cas cliniques montrent que l’atteinte peut être localisée uniquement sur les faces palatines des incisives maxillaires. Ce qui est le cas du patient présenté ici.

Le plus souvent, le RGO, contrairement aux vomissements, entraîne une usure lente, accompagnée d’une égression compensatrice qui fait perdre l’espace inter-arcade. Ainsi, le praticien se retrouve devant un patient aux dents antérieures usées et sans espace inter-arcade pour restaurer les dents. Nous pouvons obtenir l’espace nécessaire par une augmentation de la dimension verticale en collant des overlays dans le secteur postérieur. Cela a été initié dans le cadre de la technique en trois temps de Francesca Vailati [6] qui a même proposé une classification clinique de ces situations. Dans ce cas, des facettes palatines sont collées et des facettes vestibulaires ou des composites vestibulaires de raccord avec la facette palatine sont réalisés.

Une autre solution consiste à intégrer dans notre traitement un temps orthodontique [7] qui viserait à ingresser les dents égressées sans avoir à augmenter la dimension verticale (qui n’avait pas été modifiée par l’usure).

Le but de cet article est d’illustrer cette proposition par un cas clinique.

Présentation du cas clinique (fig. 1 et 2)

Monsieur B., âgé de 35 ans, en bonne santé générale mais sujet à des épisodes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Usures dentaires et orthodontie

Les articles de ce numéro spécial nous informent sur les différents mécanismes de l’usure coronaire. Il s’agit dans cet article...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’hypersensibilité dentinaire : n’y restons pas insensibles

Le caractère régulier des visites lors d’un traitement d’orthodontie nous met au premier plan pour gérer les doléances des patients...
ODF

Article réservé à nos abonnés Les 4 points clés du collage dentinaire

Le collage sur l’émail n’a plus de secret en orthodontie, mais ce n’est pas le cas du collage sur la...
ODF Pathologie

Article réservé à nos abonnés Anorexie mentale et érosion dentaire : l’orthodontiste au cœur du dépistage

Outre les adolescents et jeunes adultes, davantage touchés par l’anorexie mentale, nos cabinets reçoivent un nombre non négligeable de patients...
Imagerie ODF

Article réservé à nos abonnés L’examen de nos clichés radiographiques

Difficile de se borner à la partie sous-nasale qui nous concerne. Et pourtant, focalisés sur la recherche d’éléments diagnostiques essentiels...
ODF

Article réservé à nos abonnés « Docteur, j’arrête tout ! »

Présentation du cas clinique Madame L., 40 ans, en traitement multi-attache lingual depuis six mois dans un protocole ortho-chirurgical, m’annonce...