Apports de la spectrophotométrie pendant l’éclaircissement dentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 25 novembre 2020 (page 55-66)

9. Photos de 13 et 12 avec leur relevé colorimétrique. Les 2 dents sont très jaunes et très peu lumineuses.

Information dentaire

La subjectivité du praticien peut prendre une part importante dans l’évaluation du traitement d’éclaircissement à travers les outils de suivi communément utilisés (teintiers, photographies…). C’est pourquoi l’apport d’un outil permettant une évaluation objective de cette thérapeutique semble nécessaire. Nous présentons ici le fonctionnement et l’utilisation du spectrophotomètre, un équipement qui permet d’accéder aux différentes coordonnées de la couleur des dents, avant, pendant et après éclaircissement afin d’en assurer le suivi précis.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé [1], la santé est « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Par ailleurs, des études ont montré, d’une part, l’existence d’un lien entre la couleur des dents et les perceptions sociales [2] et, d’autre part, que la première cause de mécontentement des patients insatisfaits de l’apparence de leur sourire était la couleur de leurs dents [3]. Ces éléments confirment que l’éclaircissement dentaire a pleinement sa place comme moyen d’améliorer l’estime de soi, les perceptions sociales et, in fine, la santé [4]. Il devient alors un traitement médical à part entière qui nécessite des moyens précis de diagnostic, de pronostic et d’évaluation du suivi.

Pourtant, l’évaluation de la couleur des dents, première étape clé, reste soumise à la subjectivité du praticien [5]. Il est possible d’utiliser des moyens connus comme les teintiers ou les photographies. Mais, malgré ces derniers, beaucoup d’éléments influencent la perception des couleurs (fig. 1). On peut citer la fatigue, l’expérience, le vieillissement, l’adaptation chromatique, les problèmes de vision des couleurs, les conditions d’éclairage, etc. Cela ne permet pas une évaluation précise et reproductible des couleurs [6].

C’est pourquoi l’apport d’un outil permettant l’évaluation objective de la couleur nous semble nécessaire dans le cadre de l’éclaircissement dentaire. Il en existe plusieurs, tous susceptibles de donner des informations pertinentes sur la couleur de la dent : spectrophotomètres, colorimètres, spectroradiomètres, caméras numériques… [7, 8]. Dans notre cas, nous avons choisi d’utiliser le spectrophotomètre, un outil nous permettant d’accéder aux différentes coordonnées de la couleur des dents, que sont les paramètres L*, a* et b*.

Le but de cet article…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...