Approche contemporaine de l’éclaircissement de la dent dépulpée

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 25 novembre 2020 (page 68-76)

4. Dyschromies iatrogènes causées par des restaurations à la résine composite, à l’amalgame et aux traitements canalaires de 12 et 11.

Information dentaire

Le traitement d’éclaircissement d’une dent dépulpée est souvent source de compromis. Il existe plusieurs protocoles et différents produits, mais tous ne sont pas aisés à mettre en œuvre. Pourtant plus de 20 % des dents dépulpées sont des incisives ou des canines, la demande esthétique est donc bien présente [1, 2].

Cet article propose de traiter deux points primordiaux concernant la thérapeutique à adopter, il s’agit de limiter dans un premier temps la coloration iatrogène de nos traitements, puis de présenter une alternative à l’éclaircissement interne, dans une approche minimalement invasive, tout en facilitant la ré-intervention la plus conservatrice possible.

Étiologies des dyschromies de la dent dépulpée

La discoloration de la dent dépulpée est due à trois causes principales :

– la nécrose, qui va donner une coloration plutôt brune [3] (fig. 1, 2) ;

– le trauma, qui va donner une couleur plutôt rouge [4] (fig. 3) ;

– les soins conservateurs et endodontiques [5] (fig. 4 et 5).

Les soins conservateurs et endodontiques sont majoritairement responsables des dyschromies des dents dépulpées. Nous allons développer ce point afin de mieux comprendre les paramètres régissant les colorations iatrogènes pour mieux les éviter et, si besoin, les corriger.

Qu’est-ce qu’une coloration iatrogène ?

Les différents matériaux mis en contact avec la dent interagissent avec les tissus dentaires et provoquent des colorations.

Ainsi, les ciments d’obturation canalaire sont la cause principale des dyschromies de la dent dépulpée [6]. Les modifications de couleur peuvent apparaître après une semaine seulement, lorsqu’il s’agit de ciments oxyde de zinc/eugénol (ZoE) [7, 8] ou à un mois post-traitement dans le cas de certaines biocéramiques [6].

Parmi les agents responsables de cette dyschromie, on peut citer l’eugénol, contenu dans les ciments ZoE et l’oxyde de bismuth, utilisé comme radio-opacifiant dans certaines biocéramiques, et principalement le MTATM [9]. L’oxyde de bismuth, quelle que soit sa concentration, même modérée dans le cas du MTA WhiteTM, provoque une coloration iatrogène de la dent en quelques semaines seulement [10] (fig. 6) [10]. Afin d’éviter ce type de dyschromies en secteur esthétique, il s’agit donc de privilégier dans notre pratique des biocéramiques qui contiennent un autre radio-opacifiant tel que l’oxyde de zirconium qui, lui, ne va pas créer de coloration iatrogène (BiodentineTM, TotallfillTM ou le BioRootTM) [11].

Certaines interactions favorisent une dyschromie

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...