Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 15 avril 2024 (page 34-42)
Information dentaire
Cet article a pour objectif de mettre en lumière la prothèse maxillo-faciale au quotidien : le quotidien d’un patient, M., 43 ans, en consultation au département odontologie afin de refaire sa prothèse obturatrice datant de 2008 (fig.1). Le quotidien d’une interne, Ariane Gudin de Vallerin, de la Pitié Salpêtrière, accompagnée de son enseignant, le docteur Benjamin Pomès. Enfin, le quotidien au sein d’un laboratoire privé, avec les défis qu’impose cette discipline. Comment se déroule ce type de projet prothétique ? Travailler à distance impacte-t-il le flux et la compréhension de l’information ?

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible conventionnelle dont elle est issue, il serait juste de dire que tout se voit, tout se construit au format XXL, tant par le matériel requis, les matériaux, les connaissances théoriques et pratiques… Une discipline complexe pour laquelle le temps de travail est multiplié.

Tout commence par l’arrivée d’un modèle primaire préalablement coulé au laboratoire AP-HP de la Pitié Salpêtrière. Sur sa fiche de suivi, on peut lire : « PAP résine maxillaire – Réalisation d’un porte-empreinte maxillaire avec manche. Merci. »

En soi, rien d’original, si ce n’est qu’à l’examen du modèle on constate une maxillectomie partielle gauche avec communication bucco-naso-sinusienne, associée à un édentement de 24, 25, 26, 27. Un obturateur silicone temporaire a été placé dans la cavité, qui a été travaillée par Benjamin Pomès, coordinateur de la consultation Maxillo-faciale à la Pitié Salpêtrière. Les structures anatomiques à soulager, type cornets, cloison médiale des fosses nasales, ont été recouvertes d’un voile de cire. Les contre-dépouilles, protagonistes de la rétention, sont exploitées.

Le modèle étant arrivé non cartographié, il appartient au laboratoire d’évacuer toute anomalie d’empreinte pouvant entraver la précision des bords, d’anticiper l’anatomie buccale souvent atrophiée au niveau jugal, du fond du vestibule, et de ménager les insertions musculaires encore existantes. En l’absence de tout indice anatomique répertorié après reconstruction chirurgicale, même si ce n’est pas toujours précisé, une ouverture buccale restreinte est souvent à noter. Le porte-empreinte individuel est réalisé en résine chémopolymérisable (Ostron100 chez GC). Dans ce cas d’édentement partiel à perte de substance, un espacement d’une feuille de cire laminée sur la surface…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés La chirurgie pré-prothétique soustractive dans l’intégration des prothèses amovibles

Ces dernières années, l’avènement des techniques implantaires, tant chirurgicales que prothétiques, a permis de remplacer les dents absentes et de...